CAN Futsal 2024 : tirage au sort effectué, le Maroc fixé

La Confédération africaine de football (CAF) a procédé ce jeudi, au complexe sportif  Mohamed VI, au tirage au sort de la CAN 2024 de Futsal qui se disputera à Rabat, au Maroc du 11 au 21 avril. prochains

Tous deux têtes de série avant le tirage, le Maroc, pays hôte et double tenant du titre, et l’Égypte, vice-championne en titre, étaient assurés de s’éviter lors de la phase de groupes. Les Lions de l’Atlas ont hérité du groupe A en compagnie de l’Angola, troisième de la précédente édition s’étant déjà tenue au Maroc, du Ghana et de la Zambie, deux équipes modestes dans cette discipline.

Les Pharaons, recordmen avec trois sacres (1996, 2000, 2004), sont eux favoris de l’autre groupe devant la Libye, vainqueure en 2008 et seule nation à s’être immiscée dans l’hégémonie égypto-marocaine, devant la Namibie et la Mauritanie, petits poucets qui vont découvrir la compétition.

La Maroc vise la passe de trois

Les deux premiers de chaque poule accèderont aux demi-finales. Les demi-finalistes malheureux s’affronteront dans le match pour la troisième place, puis les finalistes croiseront le fer pour ce qui sera le septième trophée de l’histoire de la compétition. Les finalistes ainsi que le médaillé de bronze seront qualifiés pour la 10e édition de Coupe du monde de Futsal qui aura lieu en Ouzbékistan du 14 septembre au 6 octobre prochains. Les affrontements se dérouleront dans les salles Moulay Prince Abdallah et Ibn Yassine basées dans la capitale marocaine.

Se trouvant à une seule longueur du record de l’Égypte, le Maroc entend réaliser la passe de trois après les triomphes de 2016 et 2020, à l’instar des Pharaons il y a 20 ans, et ainsi rejoindre ces derniers au palmarès.

CAN Futsal 2024 : tirage au sort effectué, le Maroc fixé
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.