Jeudi, le président de la république du Sénégal, Macky Sall, était présent dans la ville de Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de Dakar, où il a lancé la construction du stade du Sénégal (50 000 places) d’un coût de 238 millions d’euros, qui accueillera les Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ) en 2022. Pour l’occasion, le chef d’Etat s’est quelque peu enflammé.

«Je demande au ministre des Sports de travailler avec la FSF (Fédération de football) afin que le Sénégal puisse organiser dans les quatre ans à venir une CAN», a lancé le dirigeant. «Le stade nouveau, nouveau temple de nos vaillants Lions de football, le stade Léopold Sédar Senghor qui sera rénové et mis à niveau, la remise à niveau de nos stades régionaux, nous offre l’opportunité, et nous sommes prêts à la saisir.»

Le Sénégal va effectivement disposer d’arguments solides pour prochainement accueillir une CAN. Problème : le calendrier annoncé par Sall («les 4 ans à venir») est intenable puisque les 3 prochaines CAN ont déjà été attribuées : 2021 au Cameroun, 2023 à la Côte d’Ivoire et 2025 à la Guinée. La première CAN envisageable sera donc 2027 et encore, il est possible que la périodicité de la compétition soit revue d’ici-là avec un éventuel passage à tous les 4 ans. On voit donc mal comment le rêve de Sall pourrait se réaliser…