CAN U17 : le Mali douche le tenant et se qualifie

Alors qu’il ne lui suffisait que d’un point, le Mali a dompté les Lionceaux du Cameroun, tenants du titre, ce jeudi (0-2) et assuré sa qualification en quarts de finale de la CAN U17 Algérie 2023.

C’est un Mali à deux visages qui a battu le Cameroun sur la pelouse du Stade 19 Mai 1956 à Annaba. Timorés en première mi-temps devant des Lionceaux qui faisaient leur entrée en lice ce jeudi (42e, 47e), les Aiglonnets se sont montrés impériaux après la pause. La bande à Ibrahim Diarra, auteur d’une superbe performance, a survolé la seconde période aux dépens des Lionceaux qui ont craqué en fin de match.

Les Aiglonnets impériaux face aux Lionceaux

En effet, la formation entrainée par le sélectionneur Soumaïla Coulibaly a énormément fait preuve de maladresse devant les cages de Junior Abou, restées longtemps inviolables, avant de prendre toute la mesure de la formation camerounaise. Après de nombreuses opportunités ratées, l’une après l’autre, peu avant l’heure de jeu (50e, 52e, 56e, 59e), les Aiglonnets faisaient enfin mouche à quatre minutes de la fin du temps règlementaire. Mahamoud Barry profitait d’une passe d’Ibrahim Diarra pour inscrire son premier but dans le tournoi (0-1, 86e). Le capitaine malien récidivait neuf minutes plus tard, au bout du temps additionnel, et offrait la balle du 0-2 à Mamadou Doumbia, qui marquait d'un superbe enroulé et portait ainsi son compteur à deux buts dans cette édition.

Le Mali s’installe donc solidement en tête du groupe C et affrontera le 3e du groupe A (l’Algérie ou le Congo) ou du groupe B (Nigeria ou Afrique du Sud) en quarts de finale. Le Cameroun, revanchard, en découdra avec le Burkina Faso dans un véritable “barrage” pour les quarts de finale dimanche.

Les compos de Cameroun-Mali

CAN U17 : le Mali douche le tenant et se qualifie
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.