Passée près de l’exploit d’une qualification historique lors de la CAN 2013, la Centrafrique a vu l’euphorie qui la portait retomber. Mal embarqués dans les éliminatoires à la Coupe du monde 2014, les Fauves doivent s’imposer face à l’Afrique du Sud pour continuer à espérer être de la fête au Brésil. Une mission loin d’être impossible pour le capitaine, Eloge Enza-Yamissi.


Portée par une série de résultats exceptionnels, la République centrafricaine nourrissait de grandes ambitions dans les qualifications pour la Coupe du monde de la FIFA. Malheureusement, les Fauves du Bas-Oubangui traversent actuellement une zone de turbulences.
L’instabilité politique qui règne dans le pays obligera l’équipe nationale à disputer son prochain match contre l’Afrique du Sud sur terrain neutre.En dépit de ces circonstances difficiles, le capitaine Eloge Enza-Yamissi reste optimiste.

« Nous sommes parfaitement capables de battre l’Afrique du Sud. Nous pouvons prendre les trois points car nous nous sommes procuré beaucoup d’occasions au match aller (perdu 2-0 en mars) », annonce le milieu de terrain de Troyes au micro de FIFA.com, qui avoue toutefois qu’il aurait préféré disputer la rencontre à Bangui, où les Fauves se sont taillés une solide réputation d’invincibilité au cours des dix dernières années.

« Le match contre l’Éthiopie pourrait se révéler décisif« 

Au lieu de cela, Enza-Yamissi et ses coéquipiers devront se rendre à Yaoundé, au Cameroun, avant un déplacement au Botswana une semaine plus tard pour le compte de l’avant-dernière journée du Groupe A. « Si nous gagnons ces deux matches, le dernier rendez-vous contre l’Éthiopie pourrait se révéler décisif« , poursuit le capitaine centrafricain. Pour l’heure, les Ethiopiens disposent d’une confortable avance de quatre points sur les Fauves.

Car les trois premières journées n’ont pas été très favorables à la République centrafricaine, qui n’affiche qu’une seule victoire au compteur. Les supporters espéraient beaucoup plus d’une équipe qui avait écarté l’Egypte dans la compétition préliminaire pour la Coupe d’Afrique des nations 2013. Enza-Yamissi et ses coéquipiers étaient même attendus au tournant, après avoir eux-mêmes manqué la qualification pour la phase finale pour un petit but, inscrit par le Burkina Faso après six minutes de temps additionnel.

« Je tiens le rôle de grand frère« 

Un retour au premier plan après une longue suspension, la République centrafricaine ayant renoué avec la compétition en 2010. Enza-Yamissi avait pris part en tant que capitaine à la première sortie officielle de l’équipe, un nul vierge obtenu dans les préliminaires de la CAN 2013 au Maroc. « C’était un grand honneur. Ma famille était très heureuse et très fière« , se souvient l’intéressé.

Aujourd’hui, le vétéran distille son expérience au sein d’un groupe relativement inexpérimenté. « Quand je suis avec les Fauves, je tiens le rôle de grand frère. J’essaye de donner des conseils tactiques et de partager mon vécu. Je suis aussi de près les questions administratives et logistiques, deux domaines dans lesquels nous avons beaucoup progressé. » Un rôle de grand frère qu’il espère jouer en 2014, au Brésil, même si le chemin est encore long.