Après avoir pris les rênes du Club Africain il y a quatre mois, Jamel Atrous, en président élu après la Révolution, a décidé de prendre la situation à bras le corps. « J’ai trouvé le Parc A dans un état qui ne fait pas honneur à un club aussi prestigieux que le Club Africain. Les anciens dirigeants et l’ex-bureau directeur du CA n’ont jamais pensé à restructurer le CA, a assuré le président du club tunisien en conférence de presse. Nous sommes arrivés dans une situation catastrophique, le Club passait par une période très délicate et difficile à négocier, vu le mauvais héritage laissé par les anciens bureaux directeurs. Ces derniers ne s’occupent que de l’équipe seniors de football. Ils ont dépensé deux milliards pour recruter des joueurs très moyens et qui ne jouent pas et ne remporter qu’un seul titre par décennie. Il faut que le CA voie loin pour mettre fin à cette situation qui ne fait pas honneur au CA et ses supporters. »