Nommé sélectionneur de la Côte d’Ivoire pour deux ans mardi, Marc Wilmots a animé sa première conférence de presse ce mercredi à Abidjan. L’occasion pour le Belge d’avertir qu’il ne compte pas se laisser marcher sur les pieds afin de qualifier les Eléphants pour le Mondial 2018. L’ancien attaquant a également prévu de rencontrer Yaya Touré. Morceaux choisis.



 Le choix de la Côte d’Ivoire

« J’ai choisi la Côte d’Ivoire à cause de la qualité de l’équipe et du projet qui m’a été soumis. J’ai eu plusieurs propositions que j’ai reçues à l’image de l’Algérie en septembre dernier. Mais je les ai toutes refusées parce que je ne les sentais pas. J’ai 48 ans et à un moment de ma vie, j’estime que j’ai des choix importants à faire. Quand le président de la FIF m’a appelé, j’ai eu un bon feeling avec lui. De même, je dois avouer que j’avais eu un coup de cœur pour cette équipe ivoirienne durant plusieurs éditions de la Coupe d’Afrique. »

 Ses objectifs

« La Côte d’Ivoire a eu une génération dorée de joueurs exceptionnels. Mais actuellement, elle est dans le trou. Ce fut le cas avec l’équipe nationale de Belgique durant 12 ans avant que je ne vienne. Détruire c’est facile mais construire c’est plus dur. J’aime construire et j’aime ce challenge que constitue la Côte d’Ivoire, le Brésil d’Afrique car elle regorge de joueurs de talent. Il faut coûte que coûte que la Côte d’Ivoire se qualifie pour le Mondial 2018. Elle en a les moyens. »

 Le cas Yaya Touré, qui n’exclut pas un retour en sélection

« J’ai eu l’occasion de voir Touré Yaya évoluer à Manchester City en position de milieu défensif. Il est à chaque fois énorme. Il est bon physiquement. J’irai le voir. Je discuterai avec lui. J’ai eu cet âge de 33 ans aussi. Je connais l’importance d’avoir des joueurs d’expérience. Il n’est pas fini. Mais il faut aussi qu’il ait envie de revenir. Il est le seul à pouvoir répondre à la question de son retour.

Toujours est-il que le cas Touré Yaya sera l’une de mes premières missions. Tout comme j’irai m’enquérir de la blessure de Gervinho et de l’avenir de Salomon Kalou avec les Eléphants. On a toujours besoin des hommes d’expérience et de jeunes pour reconstruire cette équipe ivoirienne. »

 Le choix des joueurs et le système de jeu

« J’ai un système de jeu qui est un 4-2-3-1. Dans chaque poste, il faut 4 voire 5 candidats. Je suis dans une situation où il me faudra faire un état des lieux pour savoir quels joueurs veulent encore poursuivre l’aventure avec la sélection et les jeunes qui peuvent nous rejoindre. Je ferai d’abord un état des lieux durant deux mois pour voir le niveau de performance des joueurs.

Je tiens à rassurer tout le monde, il n’y aura aucune pression des clubs, ni des agents de joueurs. Il ne m’est jamais arrivé qu’on me propose des joueurs en sélection. Cela ne va pas changer. Je ne connais pas encore l’environnement des Eléphants. Mais s’il y a des choses qui ne vont pas, je n’hésiterai pas à rectifier le tir. »

 Son staff

« Mon préparateur physique qui est aux Emirats Arabes Unis va me rejoindre dès le 1er avril. Il s’appelle Mario Innaurato. C’est aussi un entraîneur-terrain en plus d’être préparateur physique. Je travaille avec lui depuis 13 ans. Au fur et à mesure, je vais étoffer le staff technique vu que j’ai carte blanche pour choisir mes collaborateurs. Mon but est d’avoir un staff technique performant. »

 Sur le même sujet : les Eléphants s’offrent Wilmots !