Mercredi, la Fédération ivoirienne de football (FIF) a accusé la commission électorale d’avoir commis des irrégularités et annoncé la suspension du processus électoral. Alors que beaucoup voient dans cette décision une manière de mettre des bâtons dans les roues à Didier Drogba, candidat à la présidence de la FIF et dont le dossier semblait avoir été validé par la commission, le consultant de Canal+, Pierre Ménès, a apporté son soutien à l’ancien buteur.

«Total soutien à Didier Drogba, victime des honteuses magouilles politiques dans son pays où il est candidat à la présidence de la fédé. Il vit la même chose que Samuel Eto’o au Cameroun. Leur aura fout la trouille aux politicards», a déploré le journaliste sur Twitter. Mais de son côté, Eto’o a tenu à apporter une précision.

Eto’o pas d’accord avec Ménès

«Pierre, mes combats vont au-delà de la volonté de gérer une fédé. Ce ne sont pas des politiques qui s’opposent à la volonté d’aider. Des footballeurs veulent détruire tout ce que nous avons construit sur les terrains. Parfois, c’est contre eux qu’il faut se battre. Loin des politiques», a nuancé le Camerounais en référence notamment aux anciens coéquipiers qui ont tourné le dos à Drogba. «J’ai jamais parlé de la fédé, Sam, mais des bâtons qu’on t’as mis dans les roues. Je l’ai pas inventé», a alors répondu Ménès, sans satisfaire l’ancien buteur.

«Mon terrain d’expression est le football. Avant de regarder dans les bureaux, je regarde l’adversaire qui m’empêche inutilement sur le terrain de foot, de marquer le but du développement, avant la VAR politique», a conclu Eto’o. Visiblement, Ménès, qui a fini par effacer ses tweets, aurait mieux fait de prendre un autre exemple…