Côte d’Ivoire : une étonnante révélation sur les cadeaux de la CAN !

Cinq mois après la consécration de la Côte d’Ivoire à la CAN, Simon Adingra, a livré une révélation par rapport aux cadeaux offerts par le président de la République.

Au surlendemain de leur victoire en finale face au Nigeria (1-2) le 11 février à Abidjan, et au lendemain de leur parade dans les rues de la capitale, les Éléphants ont été récompensés par le chef de l’État, Alassane Ouattara. Lors de son allocution, le premier ministre Robert Beugré Mambé a en effet annoncé que chaque joueur bénéficiait d’une prime de 50 millions de FCFA, soit environ 76 719 euros, et d’une villa de même valeur.

De passage dans le podcast de L’Investisseur Africain, Simon Adingra, principal dynamiteur de l’attaque orange à la CAN 2023 (buteur à la 90e minute face au Mali en quarts de finale, puis double passeur décisif en finale) a confié que tout ne s’est pas passé comme prévu. Certes, les joueurs ont bien bénéficié de leurs primes individuelles, mais pas de villa. Et ce n’est pas à cause de l’Exécutif.

Le sage conseil des anciens

En effet, suivant le conseil avisé des cadres du vestiaire, les joueurs ont préféré encaisser le montant du bien immobilier en liquide, afin de le réinvestir. “Le Président nous a offert 50 millions de FCFA plus une villa de 50 millions de FCFA. Les anciens du groupe nous ont convaincu qu'il est mieux de prendre 100 millions et que chacun puisse construire lui-même sa maison”, a révélé l’ailier de Brighton.

Une décision saluée par les supporters, au vu du coût relatif de l’immobilier à Abidjan. “C'est mieux. Quelle bonne maison ils allaient avoir pour 50M de nos jours ?!”, a réagi à titre d’exemple un internaute sur X.

Pour rappel, le sélectionneur Emerse Faé a, lui, eu droit à une enveloppe de 100 MFCFA (153 437 €), tandis que son staff s’est partagé la somme de 400 MFCFA (613 748 €).

Côte d’Ivoire : une étonnante révélation sur les cadeaux de la CAN !
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.