Actuel meilleur buteur de Ligue 1 tunisienne, Baghdad Bounedjah crève l’écran en ce début de saison. A la pointe de l’attaque de l’ES Sahel ou… dans les buts, où il a dépanné jeudi contre Monastir (3-0) ! La Tunisie rêverait même de naturaliser le buteur algérien.


Après sept journées, l’Etoile du Sahel vole en tête de la Ligue 1 et son attaquant vedette Baghdad Bounedjah plane sur le classement des meilleurs buteurs. En 2013/14, pour sa première saison en Tunisie, l’Algérien s’est déjà imposé comme le goleador le plus prolifique de Ligue 1, inscrivant 14 réalisations.

Cette saison, l’ancien de l’USM El Harrach, auteur de 6 buts en 7 journées quand ses concurrents n’avancent que 3 pions au compteur, est reparti sur les mêmes bases. Et plus encore. Le 25 septembre, lors de la 4e journée, l’attaquant de 22 ans a fait plier à lui seul l’EGS Gafsa sur son terrain, en signant un triplé (3-0), prouesse jamais réalisé lors de sa première saison.

L’âme d’un gardien ?

Non content de se faire remarquer aux avant-postes, Bounedjah a… enfilé les gants et rejoint les buts jeudi contre l’US Monastir (3-0) suite à l’expulsion du gardien Aymen Mathlouthi dans les dernières secondes (93e). Une façon de se rapprocher des portiers qu’il martyrise tant (il a d’ailleurs marqué à la 74e). Même dans le rôle du dernier rempart, il n’a pas failli, repoussant des deux poings un coup-franc qui filait sous la barre.


Insolite : Bounedjah gardien, sauve un but ! par dzfoot

Une humiliation supplémentaire que l’US Monastir a mal vécu, déposant une réserve au motif que le règlement de la Fédération tunisienne (FTF) interdit au club d’aligner un étranger dans les buts ! Ironie du sort : impressionnée par les performances du buteur, la FTF aurait récemment proposé la nationalité tunisienne au natif d’Oran avec l’idée de le voir renforcer les Aigles de Carthage.

Fidèle à l’Algérie

Une option écartée d’un revers de la main par l’intéressé. « Je n’accepterai pas de jouer pour un autre pays que l’Algérie, quitte à ne pas avoir de statut de joueur international. Je ne m’imagine pas un seul instant porter le maillot d’un autre pays« , assure-t-il au Buteur.

Aussi belle soit-elle, l’histoire d’amour entre Bounedjah et la Tunisie comporte aussi quelques disputes assez violentes. Comme lors de son arrivée, lorsqu’il menaçait de partir, réclamant le versement de la prime à la signature promise par l’ESS, ou encore début 2014 lorsqu’il a mal vécu la suspension de 6 matches infligée par la FTF pour un geste déplacé, le poussant à rentrer quelque temps en Algérie pour se ressourcer.

En attendant peut-être de fêter sa première convocation avec les Fennecs (il n’a connu que la sélection olympique), Bounedjah brille de mille feux avec la formation étoilée. Mais s’il continue à ce rythme, l’ESS va avoir bien du mal à le garder. Déjà approché par plusieurs formations européennes au cours de l’année, l’attaquant a prolongé jusqu’en 2017 en mai dernier. Habitué à faire trembler les filets adverses, ce sont bientôt ses propres supporters que l’Algérien risque de faire trembler.