1284650001.jpg

L’équipe nationale de football du Bahreïn a rencontré une sélection togolaise composée de faux joueurs, le 7 septembre à Manama. Le Bahreïn s’est imposé (3-0) face à ces Eperviers. Une enquête a été ouverte le lendemain du match pour démasquer les auteurs de cette fructueuse mascarade.


Incroyable mais vrai ! Des footballeurs se sont faits passer pour l’équipe nationale du Togo pendant un match amical face au Bahreïn le 7 septembre à Manama. La fédération de football de Bahreïn (BFA) a organisé cette rencontre pour préparer le championnat d’Asie qui débutera le samedi 24 septembre. Aucun joueur aligné sur la pelouse n’appartenait à la sélection togolaise de football. La feuille de match présentait des inconnus (Ali Oussani Aboudou Adama, Tiekour Aba…). La véritable sélection togolaise n’a jamais effectué le déplacement à Manama pour jouer ce match.

La BFA a organisé la rencontre avec un agent qui semblait être fiable puisqu’il avait organisé d’autres évènements de cette envergure. Mais, apparemment, il est soupçonné d’avoir trouvé de faux joueurs, qui ne seraient pas Togolais, pour disputer ce match. La BFA a également indiqué avoir échangé des courriers avec les autorités du football togolais pour arranger les visas et le déplacement des joueurs. Tous les documents reçus par la BFA sur les joueurs étaient en règle et elle confirme avoir eu l’approbation de la FIFA pour disputer cette rencontre.

Un officiel bahreïni a déclaré que « le très mauvais jeu des Togolais nous a surpris mais de là à penser que nous avions affaire à une fausse équipe… » Les autorités bahreïnies ont pensé que le Togo avait envoyé une équipe réserve. Mais leurs homologues démentent cette hypothèse.

Des imposteurs démasqués

Le sélectionneur français de l’équipe de football du Togo, Thierry Forger, a confirmé jeudi dans l’Equipe que la formation présente sur le terrain n’était pas celle du Togo. « Après notre match de CAN 2012 à Gaborone, contre le Botswana (1-2) le samedi 4 septembre, l’équipe s’est naturellement disloquée. C’était impossible d’être à Manama. Je ne sais pas qui a joué mais ce n’était pas notre groupe », explique-t-il. Puis il ajoute: « On aimerait bien savoir qui était là-bas. Étaient-ce des joueurs locaux ? Si oui, comment ont-ils pu voyager, se procurer des titres de transport et sortir du pays ? C’est vraiment bizarre. »

Toutes ces incertitudes sont traitées par la Fédération togolaise de football (FTF) et la Bahrein Football Association par le biais d’une enquête qui s’est ouverte le lendemain du match. Le ministre des sports togolais, Christophe Tchao, a été choqué quand il a appris la nouvelle. « Personne n’a jamais été informé d’un tel match. Nous allons mener les enquêtes pour démasquer tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire », a-t-il affirmé.

« Les joueurs qui ont pris part au match amical contre le Bahreïn ont été complètement faux. Nous n’avons pas envoyé une équipe de footballeurs à Bahreïn. Les joueurs ne sont pas connus de nous », a déclaré le président du comité intérimaire de la fédération togolaise, le général Seiyi Memene le 14 septembre à l’Associated Press (AP).

Un journaliste d’une chaîne togolaise, Honoré Adontui, a révélé jeudi que « en l’absence du général Memene, chacun prend des initiatives personnelles ». « Il devait décommander la rencontre, il ne l’a pas fait », explique Honoré Adontui. Selon lui, un membre de la Fédération de football togolaise serait à l’origine de ce faux match. Ce genre de dysfonctionnement n’est pas nouveau. Auparavant, Bana Tchanilé, l’ex-entraineur des Eperviers avait été suspendu de 2 ans par sa fédération pour avoir faite jouer une équipe de son centre de formation durant un tournoi organisé par l’Egypte. Le Togo avait subi deux lourdes défaites devant l’Egypte (0-7) et le Maroc (0-5).

D’après le patron du journal de Lomé Le Forum de la semaine, Dimas Dzikodo, Bana Tchanilé est sur le coup puisque « il était présent dans le Golfe récemment ». Ce dernier aurait conservé des affinités avec certains membres de la fédération. A noter que la somme touchée par le Togo pour organiser cette rencontre était de 200 000 dollars. Une somme qui a pu attirer les convoitises de certains membres de la fédération. Le journaliste ajoute qu’aucun joueur n’était togolais, il s’agissait de Nigérians. En attendant les résultats de l’enquête ouverte par la FTF et la BFA, l’agent sportif et un membre de la FTF semblent être les premiers suspects.

Après la fusillade du bus togolais à Cabinda, c’est maintenant une affaire de fausse sélection qui défraye la chronique. L’année 2010 est décidément difficile pour le football togolais.