A partir de ce vendredi et jusqu’au 22 novembre, jour de la finale, l’Egypte accueille la CAN des moins de 23 ans. Voici l’essentiel à savoir sur la compétition qui opposera l’Egypte, le Mali, le Cameroun et le Ghana dans le groupe A, et le Nigeria, la Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud et la Zambie dans le groupe B.

La CAN en Egypte, encore !

Moins de quatre mois après le coup de sifflet final de la CAN senior, l’Egypte accueille encore une CAN, celle des moins de 23 ans. Cette fois, seules 8 équipes sont présentes (contre 24 l’été dernier), si bien que deux stades suffiront à organiser la compétition. Tous deux sont situés au Caire : le stade International et le stade Al Salam.

3 places pour les JO

C’est le principal enjeu de cette CAN. Les deux finalistes et le vainqueur du match pour la 3e place valideront leur billet pour les Jeux Olympiques Tokyo 2020. En 2016, le Nigeria (tenant du titre), l’Algérie et l’Afrique du Sud étaient présents à Rio. Si les Algériens manquent à l’appel cette année, les Nigérians et les Sud-Africains sont bel et bien présents et peuvent donc espérer une nouvelle qualification.

Du beau monde

La compétition se déroule du 8 au 22 novembre, soit seulement partiellement sur les dates FIFA (11-19 novembre), ce qui signifie que les clubs n’ont pas l’obligation de libérer leurs joueurs pour l’ensemble du tournoi. Malgré tout, des têtes d’affiche seront présentes, à l’instar de l’Egyptien Ramadan Sobhy (Al Ahly; ex-Stoke City et Huddersfield), qui a pris part au Mondial 2018 avec les Pharaons, et du duo zambien du Red Bull Salzbourg composé de Patson Daka et Enock Mwepu. On retrouve aussi l’Ivoirien Christian Kouamé (Genoa), auteur de 5 buts cette saison en Serie A, qui est annoncé dans le viseur des plus grands clubs, et son compatriote de Toulouse, Ibrahim Sangaré.

A surveiller aussi les Camerounais Eric Ayuk (Osmanlispor) et Franck Evina (Uerdingen, prêté par le Bayern Munich), l’ancien ailier ghanéen de Lille et Manchester City, Yaw Yeboah (Celta Vigo), ainsi le Nigérian Kelechi Nwakali (Huesca; ex-Arsenal), meilleur joueur du Mondial U17 en 2015 mais qui n’a plus joué depuis mars en raison d’un souci administratif. En revanche, le Camerounais Ignatius Ganago (Nice) et le Malien Sekou Koita (Salzbourg) n’ont pas été libérés par leur club.

Qui sont les favoris ?

A domicile, l’Egypte aura à cœur de redorer son blason après le fiasco de la CAN senior (élimination en 8es de finale). Pour y parvenir, les Pharaons U23 ont misé sur une sélection 100% locale et il serait étonnant de ne pas les retrouver parmi les 3 premiers. Derrière, la Zambie, championne d’Afrique U20 en 2017, possède un effectif de qualité, avec des joueurs régulièrement appelés en A et elle peut compter sur la présence de tous ses cadres, ce qui en fait un sérieux outsider.

Sur le papier, la Côte d’Ivoire dispose d’un groupe talentueux mais qui manque encore de liant et de constance. La qualification arrachée en Guinée au dernier tour des éliminatoires (victoire 2-1 après une défaite 1-0 à l’aller) peut toutefois représenter un acte fondateur. Le Ghana, le Nigeria et le Mali (vainqueur de la CAN U20 en février) restent également des valeurs sûres à surveiller.

Le Cameroun de Rigobert Song, qui a récemment appelé beaucoup de nouveaux joueurs expatriés, représente en revanche une véritable inconnue, tout comme l’Afrique du Sud qui va débuter le tournoi contre la Zambie avec seulement 15 joueurs de disponibles suite au refus des grands clubs du pays de les libérer avant les dates FIFA…

Les deux groupes :

Groupe A : Egypte, Mali, Cameroun, Ghana.

Groupe B : Nigeria, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, Zambie.

Le programme de la 1ère journée (en heure locale; pour la France, enlevez 1h; pour l’heure en temps universel, enlevez 2h)

Image