Comme pressenti depuis plusieurs semaines, la Confédération africaine de football (CAF) a annoncé mercredi que la CAN 2021 aura lieu en hiver, du 9 janvier au 6 février 2021. Officiellement, la CAF n’a fait que répondre à une demande du Cameroun, pays-hôte, qui s’inquiétait des conditions météorologiques si la CAN avait lieu en juin-juillet comme en 2019 (cette période correspond à la saison des pluies au Cameroun).

Néanmoins, personne n’est dupe : ce retour en janvier est avant tout la conséquence de la réforme de la Coupe du monde des clubs, qui aura lieu en juin-juillet 2021 et qui va donc griller la politesse à la CAN. Cela signifie-t-il que la CAF a perdu sa souveraineté face à la FIFA ? Beaucoup d’observateurs le pensent et certains, à l’image de l’ancien international malien Fousseni Diawara, qui a parlé de «catastrophe» sur Twitter, s’inquiètent déjà des conséquences pour les joueurs, qui vont à nouveau devoir faire face à la pression de leur club et s’absenter en pleine saison. La polémique ne fait que commencer…