Battu 2 buts à 0 par l’Asec d’Abidjan, il y a deux semaines, le Rajah a pris une belle revanche lors du match retour à Casablanca. Il a écrasé la formation ivoirienne 4 buts à 0. Les Rajaouis affronteront le Zamalek du Caire en finale de la ligue des champions.


Pour les deux matches de demi-finales Asec d’Abidjan – Raja de Casablanca, les mêmes effets ont eu les mêmes conséquences. Au match aller, à Abidjan, il y a quinze jours, le temps additionnel a été fatal aux Marocains. Ce week-end, à Casablanca, les joueurs ivoiriens n’ont pas su gérer les minutes supplémentaires. Ils ont encaissé trois des quatre buts du match lors des arrêts de jeu. Le premier à la fin de la première partie du match, à la 47ème minute (45 + 2), par l’inévitable Hicham Aboucherouane. Les deux autres en seconde période par le Camerounais Endene Elokan , 92ème mn (90 + 2) et par Omar Zoubit à la 94ème mn (90 + 4).

L’Asec en chute libre

Transcendés certainement par les 60 000 spectateurs du stade Mohamed V qui ont bravé le froid et le déluge pour les encourager, les joueurs de Raja ont déjoué tous les pronostics. Peu nombreux sont ceux qui auraient donné cher de leur peau après le 2 buts à 0 du match aller. Après avoir égalisé sur l’ensemble des deux matches (2-2), à la 67ème mn du match par Endene Elokan, les Rajaouis n’ont pas tremblé. Mieux, ils n’ont pas relâché leur pressing sur la défense adverse, finissant la rencontre en apothéose, deux buts dans le temps additionnel.

L’Asec, a, quant lui, terminé le match tant bien que mal. Il a été lourdement pénalisé par la blessure à l’heure de jeu de son gardien Guyan Kanté, le remplaçant du titulaire habituel Losséni Konaté. Kanté a dû lui aussi céder sa place à Brahima Koné, le 3ème gardien du club, et le temps décompté lors de sa blessure a été fatal pour les Mimosas.

Raja lorgne un 4ème sacre

Moins de suspens vendredi au Caire où le Zamalek, fort de son match nul (1-1) de l’aller, n’a jamais laissé l’initiative aux Congolais du TP Mazembé de Lubumbashi. Dès la 4ème minute, Hossam Hassan, le vétéran de la formation cairote (36 ans) convertissait un penalty avant de doubler la mise 32 minutes plus tard et de sceller le sort du match pour la plus grande joie du public.

Raja de Casablanca, déjà trois fois vainqueur de la ligue des champions de la Caf (Confédération africaine de football) affrontera en finale le Zamalek le mois prochain. Une finale dont l’issue pourrait bien se jouer lors du temps additionnel.