Liberia : à 51 ans, le président Weah a joué contre le Nigeria !

15 ans après l’arrêt de sa carrière de footballeur, le président du Liberia George Weah a pris part mardi à un match amical contre les Mondialistes du Nigeria (1-2). Cet événement a été organisé afin de retirer symboliquement le numéro 14 porté par l’ancien buteur.


Un président qui prend part à un match de football international ! La scène est assez rare pour être signalée et elle a pourtant bien eu lieu mardi à Monrovia. A la tête du Liberia depuis près d’un an, George Weah a disputé 79 minutes avec son pays contre une équipe du Nigeria compétitive qui comprenait notamment Wilfred Ndidi (Leicester), Henry Onyekuru (Galatasaray), Joel Obi (Chievo) et Chidozie Awaziem (Porto) comme titulaires, soit des joueurs qui ont pour la plupart disputé le Mondial 2018 !

15 ans après la fin de sa carrière professionnelle, le Ballon d’Or 1995 a montré qu’il avait de beaux restes malgré ses 51 ans et un embonpoint évident. Ce match servait en fait surtout de prétexte pour rendre hommage à l’homme politique puisque son numéro de maillot, le 14, a symboliquement été retiré de la sélection du Liberia en marge de la rencontre.

Auréolé du brassard de capitaine et accompagné par son ancien coéquipier, James Debbah, lui aussi aligné, l’ancien buteur passé par Monaco, le PSG, le Milan AC ou encore l’OM a été remplacé sous les ovations à la 79e minute. Sur le terrain, le Liberia s’est incliné 2-1 sur des buts d’Henry Onyekuru (12e) et de Simeon Nwankwo (33e) malgré la réduction du score tardive de Kpah Sherman sur penalty. Mais l’essentiel était ailleurs…

 Weah à la baguette

 La sortie de Weah

 Le président pas ménagé par l’adversaire

Liberia : à 51 ans, le président Weah a joué contre le Nigeria !
Rédaction

Issa Hayatou, Ahmad Ahmad, Patrice Motsepe… Lancée en 2010, la rédaction d’Afrik-Foot en a vu défiler des présidents de la CAF. Sa plume peut parfois être acerbe mais elle a toujours le même objectif : œuvrer au développement du football africain, sans rien cacher de ses réussites comme de ses faiblesses.