Maroc : Broos et l’Afrique du Sud crient à l’injustice !

La configuration particulière du groupe K des éliminatoires de la CAN 2023, réduit à trois sélections en raison de la suspension du Zimbabwe, n’est pas du goût de l’Afrique du Sud, qui déplore une injustice, notamment à l’avantage du Maroc.

A la veille du match face au Liberia ce vendredi, le sélectionneur des Bafana Bafana, Hugo Broos, a poussé un coup de gueule jeudi en conférence de presse et déploré notamment que le Liberia ait délocalisé son match de la deuxième journée, en juin 2022, sur le terrain de son adversaire, le Maroc (0-2), plutôt que dans un pays tiers.

«Tout cela n’est possible qu’en Afrique»

«Le fait que depuis le début nous ne soyons que trois équipes, c’est n’importe quoi», a pesté le vainqueur de la CAN 2017 avec le Cameroun. «Ce n’est pas un groupe de qualification normal. Vous avez vu ce qui s’est passé, le Maroc s’est presque qualifié après avoir joué seulement deux matchs et la CAF les a autorisés à jouer ‘à l’extérieur’ au Maroc. Tout cela n’est possible qu’en Afrique. C’est incroyable. Ok, le Liberia n'a pas de stade aux normes, mais alors vous jouez dans un autre pays, mais pas au Maroc, qui est avec vous dans le groupe. La CAF a dit ‘ok, pas de problème'. Ils sont déjà qualifiés après deux matchs… Ce n'est pas normal.»

Le technicien belge est évidemment dans son rôle en tenant ce discours, mais il est vrai que ce point avait déjà fait débat lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 lorsque le Maroc, pays prisé pour la qualité de ses installations, avait disputé ses 6 matchs de la phase de groupes à domicile, réalisant un sans-faute.

Maroc : Broos et l’Afrique du Sud crient à l’injustice !
Rédaction

Issa Hayatou, Ahmad Ahmad, Patrice Motsepe… Lancée en 2010, la rédaction d’Afrik-Foot en a vu défiler des présidents de la CAF. Sa plume peut parfois être acerbe mais elle a toujours le même objectif : œuvrer au développement du football africain, sans rien cacher de ses réussites comme de ses faiblesses.