Maroc : “je ne comprends pas…”, le coup de gueule de Regragui

Le Maroc jouera ce dimanche à 14h face à la RD Congo, dans le cadre de la 2ème journée de la phase de poules de la CAN 2023 qui se déroule actuellement en Côte d'Ivoire.

Et forcément, le choix de l'horaire, en début d'après-midi donc, interroge. Walid Regragui, le sélectionneur des Lions de l'Atlas, a d'ailleurs réagi à ce sujet en conférence de presse mercredi suite à la victoire contre la Tanzanie (3-0). “Je ne comprends pas comment on peut jouer à cette heure-là, pour le tournoi, pour l'image de notre football… Mais on va s'adapter on a pas le choix,” a-t-il taclé avec un certain agacement légitime. “En Afrique, on se bat contre l’adversaire mais aussi contre les conditions climatiques. C’est un tournoi qui se jouera sur le banc de touche et la gestion des temps forts“, a également ajouté le technicien.

Aliou Cissé a aussi réagi

Lundi, le match Sénégal-Gambie (3-0) s'est aussi disputé à 14h. Aliou Cissé, le sélectionneur des Lions, avait également réagi à cet horaire. “C’est la CAN, pas la Ligue des champions, c’est le continent africain, il faudra nous adapter. Aucun médecin en tout cas ne préconiserait de jouer à 14 h. On a calé deux entraînements à 14 h, et je vous garantis qu’il fait très chaud pour jouer au foot. Je lance un appel à la CAF pour regarder un peu mieux les horaires, c’est difficile de jouer à 14h.” avait déploré le technicien.

Un horaire problématique

Jouer à 14h en Afrique, souvent sous plus de 30°C, n'est ni recommandé pour la santé, ni pour la performance. De surcroît, les joueurs, habitués à des conditions climatiques moins extrêmes dans leurs clubs européens, doivent donc faire face à la chaleur intense de l'après-midi africain. Cette adaptation n'est pas sans risque pour leur santé, notamment en termes de déshydratation et de coup de chaleur. On remarque aussi que les matchs programmés sur ce créneau se révèlent souvent moins spectaculaires. Cette situation soulève une question fondamentale : est-il légitime de mettre les joueurs dans de telles conditions, simplement pour des raisons de programmation télévisuelle ou de logistique ? Le débat est ouvert et il est impératif que la CAF prenne en compte ces préoccupations pour les prochaines éditions de la CAN.

Maroc : “je ne comprends pas…”, le coup de gueule de Regragui
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.