Bloqué par Everton cet hiver malgré deux offres du PSG, l’international sénégalais Idrissa Gueye est revenu en détails sur ce transfert avorté ce vendredi dans les colonnes de L’Equipe.


Présent dans la capitale en ce jeudi 31 janvier, l’international sénégalais Idrissa Gueye a attendu jusqu’au bout de la nuit son transfert au Paris Saint-Germain. Mais malgré une ultime offre de 30 millions d’euros de la part du PSG, la transaction n’a jamais pu aboutir et le milieu de terrain de 29 ans est rentré bredouille à Everton qui a refusé de le céder. « C’est un rêve qui ne s’est malheureusement pas réalisé« , résume ce vendredi le Toffee dans les colonnes de L’Equipe avant de revenir sur les circonstances de ce transfert avorté.

« Il y a eu une prise d’informations fin 2018 avec mon entourage. Les contacts se sont accélérés à l’ouverture du mercato. Le PSG s’est renseigné auprès de mes dirigeants pour savoir comment je pouvais sortir. Mais Everton a mis le frein tout de suite. Il ne voulait pas me vendre« , a expliqué l’ancien Lillois, qui a pourtant poussé pour signer au PSG. « J’ai poussé. J’ai vu les dirigeants pour leur dire mon envie d’aller à Paris, que c’était une opportunité en or, un énorme challenge à ne pas laisser passer à 29 ans. Le PSG est revenu vers moi. Thomas Tuchel m’a alors appelé. Je l’ai ensuite eu plusieurs fois derrière. On a échangé également par textos. Le président Nasser Al-Khelaïfi m’a aussi appelé. »

« Ce n’est peut-être pas fini avec Paris…« 

Mais cela n’a pas suffi pour convaincre Everton d’ouvrir la porte. Il faut dire aussi que certaines bizarreries dans le mode de fonctionnement du PSG n’ont pas aidé non plus, à l’image de la position du directeur sportif, Antero Henrique, en retrait sur ce dossier. « Je ne l’ai pas eu. Je n’ai jamais trop compris ce qui se passait avec lui. Everton non plus, d’ailleurs…« , a confié Gueye, qui tente néanmoins de rester positif.

« Je n’ai pas fait grève. Ce n’est pas mon style. Maintenant, même s’il y a toujours un peu de déception, je continuerai à tout donner pour Everton. (…) Maintenant, je sais que j’intéresse ce genre de club, que je suis prêt à franchir un dernier cap pour rejoindre un top club européen. Je vais encore plus travailler pour qu’on revienne vers moi. Ce n’est peut-être pas fini avec Paris… » C’est tout le mal qu’on lui souhaite !