Mis à l’écart par Schalke 04, le milieu de terrain Nabil Bentaleb a été ciblé dimanche par les propos racistes tenus par le consultant Steffen Freund à la télévision allemande. Alors que le vainqueur de l’Euro 1996 a imputé les problèmes de discipline de l’international algérien à ses origines, le sélectionneur des Fennecs, Djamel Belmadi, a vigoureusement réagi dans une vidéo publiée ce mardi par la Fédération algérienne (FAF).

«On veut avant tout soutenir Nabil Bentaleb dans cette épreuve. Je ne parle pas seulement de sa mise à l’écart, mais surtout du traitement qu’il peut subir via les interventions de pseudos-consultants qui cachent en réalité un racisme et une haine avérés derrière un costume. En tant qu’Algérien, entraîneur de l’équipe nationale, et avec la Fédération et tout notre pays, nous ne pouvons pas laisser passer ce genre de propos scandaleux et offensants sur notre pays. Parce qu’à travers Nabil, c’est tout notre pays qui est visé. Ce malheureux raciste, dénué de toute conscience, de toute intelligence, n’a pas trouvé d’autres raisons sur la mise à l’écart de Nabil que de prendre son origine, sa race, à savoir son algérianité et son origine sociale», a déploré le technicien avant de lancer un appel aux instances.

«Ce genre de chose ne doit pas rester impuni, nous devons nous élever contre ce genre de propos et j’appelle à ce que toutes les instances, comme on l’a vu si souvent sur des propos racistes, que ce soit la FIFA ou la Fédération allemande, réagissent rapidement, le club aussi, parce qu’il a réagi, mais il faut réagir avec beaucoup plus de véhémence. Nous, en tant qu’Algériens, on ne peut pas supporter ce genre de propos qui nous font mal et on n’acceptera pas ça. (…) Ces paroles prononcées comme ça en toute impunité sur un plateau TV ne peuvent rester impunies. Nabil a tout notre soutien, parce que, s’il a été touché lui, c’est tous les Algériens qui doivent se sentir offensés», a rappelé l’ancien milieu de terrain du PSG et de l’OM, très remonté.