Battu en finale de l’édition 2002 par le Cameroun (0-0, 2-3 tab) puis en 2019 par l’Algérie (0-1), le Sénégal va tenter de remporter la première Coupe d’Afrique des nations de son histoire ce dimanche en finale contre l’Egypte au Stade d’Olembé, à Yaoundé. Le sélectionneur des Lions, Aliou Cissé, a expliqué en conférence de presse pourquoi il pense que cette fois sera la bonne pour son pays.

«Tout dans ces matchs se joue sur des détails, même des micro-détails. Ce sont ces détails qui nous ont coûté par le passé, que nous devons rectifier. Tout cela appartient au passé, on revient avec d’autres dispositions. On se sent meilleurs qu’en 2002 ou en 2019», a assuré le technicien. «Une finale ne se joue pas, elle se gagne. Que les joueurs jouent sans pression, mais avec motivation et envie. J’espère que l’enjeu ne tuera pas le jeu, et surtout que l’équipe sera capable de gérer ses émotions. Quant au ‘jamais deux sans trois’, je ne partage pas cette façon de penser. J’ai un groupe formidable, des joueurs ambitieux qui savent pourquoi ils sont là. Ces défaites du passé, on les a digérées. Les grands rendez-vous appartiennent aux grands joueurs et aux grandes équipes. A nous d’être de ceux-là !»

Employant des mots forts, l’ancien joueur du PSG a même estimé que la compétition ne débutait à proprement parler qu’avec cette finale pour le Sénégal. «Le match le plus important pour nous c’est celui de demain (ce dimanche, ndlr). Pour nous, la CAN commence demain. On va essayer de mettre les ingrédients nécessaires et jouer sans pression, avec beaucoup de motivation, beaucoup d’envie», a clamé l’homme de 45 ans. Présent en tant que joueur puis sélectionneur lors des deux échecs précédents, Cissé a cette fois bien l’intention de graver son nom à jamais dans l’histoire du football sénégalais.