Sale temps pour le football suisse. A peine un mois après le licenciement du Sénégalais Pape Omar Faye par le FC Thoune, c’est un nouveau joueur africain qui est soupçonné de corruption. Mais, mis en cause par son président, Geoffrey Serey Die, milieu ivoirien du FC Sion, nie toute implication.


« Serey a eu un comportement inadmissible avec ses cartons rouges. Il lui appartient maintenant de regagner la confiance de ses coéquipiers et de l’ensemble de l’encadrement. » Les simples mots d’un entraîneur agacé par l’expulsion inutile d’un de ses joueurs ? Pire. Cette phrase, signée Didier Tholot, l’entraîneur du FC Sion, vise Geoffrey Serey Die, un jeune milieu défensif ivoirien de son équipe, accusé de… corruption.

L’affaire a pris une certaine proportion après la sortie du président du club, Christian Constantin : « Serey Die s’est fait expulser trois fois dans les huit dernières rencontres. Ça fait quand même beaucoup. On ne peut pas mettre ça sur le compte de l’imbécillité. Il y a peut-être autre chose, une volonté délibérée par exemple. Ce que je sais c’est que Serey Die est un garçon qui a toujours besoin d’argent. »

Trois expulsions en huit matches

Retour en arrière. Mercredi, le Grasshopper de Zurich reçoit le FC Sion pour le compte de la Super League, le championnat suisse. 38e minute, le milieu ivoirien des Rouge et Blanc voit rouge. Pour la troisième fois en huit rencontres, donc. L’ancien joueur de l’ES Sétif est connu pour son tempérament explosif. Sauf que des informations émanant de sites de paris sportifs, notamment en Grande-Bretagne, évoque un match truqué. Et, à en croire son attitude, Serey Die serait impliqué.

Ce que nie fermement le joueur. « Je ne suis pas un tricheur, a lancé l’Ivoirien. Je suis ce que je suis, mais je ne tricherai jamais. Quand j’ai appris, le lendemain du match, qu’il y avait des soupçons de trucage, j’ai d’abord pensé à l’arbitre. Certaines décisions, et notamment mon expulsion, m’avaient paru bizarres. »

Une enquête ouverte

Et le numéro 14 sédunois de préciser que « jamais, depuis que je joue au football, je n’ai été approché par des gens souhaitant truquer un match ». Selon Serey Die, ses multiples sanctions sont le reflet d’une mentalité de gagnant qui l’incite à s’engager « toujours à fond ». Souvent même avec excès, a-t-il reconnu. « Dans le cas de l’expulsion contre GC, c’est Toko qui m’a provoqué, s’est-il défendu. Je suis tombé dans le piège. Je sais que ce genre de gestes ne sert pas l’intérêt de l’équipe et je tiens à m’en excuser auprès de mes équipiers et de l’entourage du club. »

C’est la deuxième fois que la Suisse est secouée par une telle affaire. Après le Sénégalais Pape Omar Faye, viré par le FC Thoune le mois dernier, c’est donc un autre joueur africain évoluant en Suisse qui se retrouve soupçonné de corruption. Reste qu’en attendant que la lumière soit faite, l’Ivoirien bénéficie de la présomption d’innocence. Ce lundi, le club valaisan a fourni au Ministère public de la Confédération, par écrit, des éléments permettant d’ouvrir une enquête.