Reportée au mois d’avril, la Supercoupe de Tunisie se révèle décidément bien compliquée à organiser et la Fédération a du mal à trouver un adversaire à l’Espérance Tunis…


La Supercoupe de Tunisie n’en finit pas de faire couler beaucoup d’encre ! Initialement programmée au Qatar dimanche dernier, la compétition a été reportée à une date ultérieure en raison des problèmes d’organisation rencontrés par la Fédération qatarie. Dans la foulée, la Fédération tunisienne (FTF) a résilié le contrat qui la liait à la société organisatrice, demandant des dommages et intérêts devant la justice (en réalité, il s’agirait tout simplement d’une société fantôme). Outre cet enjeu économique, l’aspect sportif a également connu de nombreux rebondissements ces dernières heures.

En début de semaine, la FTF a annoncé que la rencontre aurait lieu en avril mais sans préciser la date exacte ni le lieu. Et si l’identité d’un des deux protagonistes est connue, l’Espérance Tunis, championne en titre, celle de la seconde équipe engagée demeure un mystère. Vainqueur de la Coupe nationale, le Club Africain a refusé de participer à la rencontre pour contester l’identité des arbitres désignés.

Bizerte d’accord, Gabès conteste

La FTF s’est alors tournée vers l’Etoile du Sahel, finaliste de la Coupe. Mais le club de Sousse a refusé à son tour, mettant en avant un calendrier déjà très chargé avec notamment la Coupe de la CAF et la Coupe arabe des clubs à disputer. Dans l’impasse, la FTF a alors pensé aux deux demi-finalistes de la Coupe : le CA Bizertin et l’AS Gabès, mais en contactant le premier et pas le second.

Et c’est là désormais tout le problème puisque le CAB devrait donner son feu vert ce vendredi, mais Gabès ne l’entend pas de cette oreille. Le club estime en effet qu’il a autant de légitimité que Bizerte à disputer cette rencontre. Une lettre à la FTF a été adressée en ce sens. En attendant, le feuilleton continue…