Cameroun
Cameroun : Eto’o en politique, un poisson d’avril qui ne passe pas
Annoncé candidat à l’élection présidentielle au Cameroun par plusieurs médias dimanche, Samuel Eto’o n’a pas du tout apprécié ce poisson d’avril.

Dimanche, plusieurs médias ont publié leur traditionnel poisson d’avril en publiant une interview fictive de l’ancien international camerounais Samuel Eto’o qui annonce son intention de se présenter à l’élection présidentielle dans son pays. Problème : cette petite plaisanterie n’a vraiment pas été du goût de l’attaquant de Konyaspor qui a réagi via son compte Facebook en demandant aux médias concernés de publier un droit de réponse.

"J’estime que les propos tenus à mon encontre portent atteinte à mon honneur et véhiculent de nombreuses allusions malsaines. (…) Ce canular est malfaisant aussi bien sur la forme que sur le fond", a dénoncé l’ancien Barcelonais. "Pour ce qui est de la forme, En tant que Camerounais je suis profondément respectueux des institutions de mon pays et ceux qui les incarnent. J’estime par conséquent que l’élection présidentielle de 2018 au Cameroun et l’exercice de la fonction suprême sont très importants pour que l’on puisse en parler avec autant de légèreté."

"Au regard de ce qui a été écrit, il apparaît que ces derniers ont voulu surfer sur deux éléments pour générer un effet malsain de buzz : La récente élection de mon cher ainé son excellence Georges Weah à la présidence de la République du Liberia et la notoriété que j’ai durement acquise au fil des années dans la pratique du football. (…) Je retiens que ces "média" en ont profité pour étaler le fond de leurs pensées sur le Cameroun !", a conclu l’ancien Lion.


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Cameroun


 
en bref

zoom


lire aussi

recherche