Algérie : la réponse piquante du boss de Belaïli à Petkovic

Le président du MC Alger n’a particulièrement pas apprécié la non-convocation de Youcef Belaïli en équipe nationale, et encore moins les déclarations du sélectionneur Vladimir Petkovic.

L'équipe d'Algérie affrontera la Guinée et l’Ouganda les 6 et 10 juin respectivement, à Alger puis à Kampala, dans le cade des 3e et 4e journées de qualifications pour la Coupe du monde 2026, sans Youcef Belaïli. Une absence ayant suscité des questionnements jeudi en marge de l’annonce de la liste, alors que l’ailier de 32 ans a terminé meilleur buteur et meilleur passeur du championnat algérien, en plus d’avoir porté le MCA vers le titre pour la première fois depuis 2010.

Hadj Radjem répond à Petkovic

“Belaïli est un joueur doté de nombreuses qualités, mais nous avons beaucoup d'autres joueurs talentueux dans le groupe. Il a également rencontré de nombreux problèmes disciplinaires, mais la porte de l'équipe nationale reste ouverte pour lui”, a justifié Petkovic, ayant donc épinglé les nombreuses frasques sportives du bad boy cette saison.

Du côté du Mouloudia, la pilule passe difficilement. Non seulement on espérait une convocation en guise de récompense des performances de l’ancien d’Ajaccio, mais aussi pour booster sa confiance en vue de la finale de la Coupe d’Algérie prévue le 22 juin prochain. En tout cas, le président du club, Hakim Hadj Radjem, a tenu à rendre hommage à son joueur via commentaire sur X sous forme de réplique à peine voilée envers Petkovic.

“Meilleur buteur et meilleur passeur du championnat en 23 matches sur vingt-sept possibles. Merci à toi (Belaili, ndlr) et aux joueurs pour ta discipline tactique et sportive (sic) et pour tout l’amour que tu portes au Mouloudia”, peut-on lire dans des propos relayés par La Gazette du Fennec. Cela ne devrait pas empêcher Petkovic de dormir pour autant.

Algérie : la réponse piquante du boss de Belaïli à Petkovic
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.