Fin juillet, l’Algérie annonçait l’arrêt définitif de la saison 2019/20 de Ligue 1 pour cause de coronavirus. Plus d’un mois plus tard, voilà que le classement final de cet exercice fait toujours débat ! En cause, la décision du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui a annoncé vendredi dernier qu’il annule la victoire sur tapis vert du MC Alger contre l’USM Alger dans un derby que l’USMA avait décidé de boycotter en octobre dernier afin de protester contre sa programmation durant des dates FIFA, tandis que des joueurs étaient mobilisés en sélection.

Alors que le MC Alger pouvait craindre, à cause de cette décision, de perdre sa 2e place, qualificative pour la Ligue des champions africaine, la Ligue de football professionnel (LFP) algérienne a publié lundi un communiqué pour expliquer qu’elle a calculé le classement en fonction d’un indice de performance et que la décision du TAS ne change rien pour le MCA, qui termine bel et bien 2e.

De quoi provoquer la colère de l’ES Sétif, qui, suite à la décision du TAS, finit 2e au nombre de points, mais seulement 3e si on prend en compte l’indice de performance utilisé par la LFP. «L’ESS ne va pas se taire, car la Ligue des champions nous revient de droit. Nous n’allons pas prendre part à la Coupe de la CAF (équivalent africain de la Ligue Europa, ndlr) alors que nous avons fini en deuxième position au classement. C’est de la hogra (du mépris, ndlr) pure et simple. Nous allons saisir le TAS de Lausanne pour faire valoir nos droits», a prévenu l’ESS, qui a déjà contacté la CAF.

L’ESS ne veut pas de la CdC, la JSK en rêve

Colère aussi de la part de la JS Kabylie, 4e au classement pondéré et qui s’attendait à recevoir un billet pour la Coupe de la CAF suite à l’annulation de la Coupe d’Algérie cette saison. Seulement, là aussi, rien n’est acquis et la Fédération algérienne (FAF) a sérieusement refroidi les Canaris en rappelant que l’instance n’a «à aucun moment abordé, le sujet relatif au deuxième représentant algérien dans la Coupe de la CAF édition 2020/2021.» Le magazine Botola évoque même la possibilité de désigner l’heureux élu en effectuant un tirage au sort entre les 8 équipes qui étaient encore en course en Coupe d’Algérie…

Porte-parole de la JSK, Mouloud Iboud, a évidemment répliqué : «la JS Kabylie est en droit de défendre ses intérêts légitimes à savoir sa participation à une Coupe africaine. La situation dans laquelle nous nous retrouvons aujourd’hui est la conséquence d’une gestion quelque peu approximative du football algérien.» Alors que la CAF laisse jusqu’au 20 octobre à chacun de ses pays membres pour communiquer la liste de ses qualifiés pour les compétitions africaines, les polémiques et recours ne font que commencer…