D’après le quotidien Al Akhbar, l’Argentine aurait exigé plusieurs conditions assez folles en échange de la présence de Lionel Messi lors du match amical contre le Maroc le 26 mars à Tanger.


Le 26 mars, le stade Ibn-Batouta de Tanger va accueillir une affiche de rêve avec le match amical Maroc-Argentine. Cette rencontre de prestige va mettre aux prises les Lions de l’Atlas et l’Albiceleste qui sera normalement menée par Lionel Messi. En retrait depuis l’échec au Mondial 2018, la star du FC Barcelone a prévu de signer son retour en sélection ce mois-ci, d’abord contre le Venezuela en Espagne, puis face au Maroc.

Mais la venue du quintuple Ballon d’Or aura un prix : 500 000 euros. D’après les informations de Jeune Afrique, la Fédération marocaine (FRMF) et son homologue argentine ont en effet passé un deal : le Maroc déboursera 1 million d’euros pour ce match, mais « seulement » 500 000 euros si Messi manque finalement à l’appel.

Inaccessible Messi

D’après le quotidien arabophone Al Akhbar, cité par le360.ma, l’accord prévoit que la Pulga joue 60 minutes, en échange de nombreuses contreparties. Premièrement, l’Argentine aurait obtenu un avion spécialement affrété par la FRMF pour transporter les joueurs et le staff depuis l’Espagne jusqu’à Tanger. Vient ensuite une exigence un peu folle qui concerne Messi lui-même. Al Akhbar assure que la sélection sud-américaine aurait obtenu un traitement de faveur pour sa star sur le terrain ce jour-là et les hommes d’Hervé Renard auront pour consigne de ne pas tacler le Blaugrana, afin de limiter les risques de blessure ! Pas forcément le genre de match de préparation idéal à quelques mois de la CAN….

Et ce n’est pas tout : selon la même source, Messi tient à ne pas être dérangé durant son bref passage au Maroc. Il n’échangera pas son maillot à la fin du match et il ne prendra aucun selfie, que ce soit avec les joueurs marocains ou les supporters présents sur place. La Pulga n’accordera pas non plus d’interviews. Différents points qui risquent de refroidir un peu l’enthousiasme du public local qui rêvait d’approcher le Barcelonais…