Algérie- Beaumelle : « moi, je crois que Belaïli va rester »

Dans cette seconde partie de l’entretien exclusif qu’il a accordé à Afrik-Foot.com quelques jours après avoir décroché le titre de champion d’Algérie avec le MC Alger, Patrice Beaumelle évoque ses relations avec sa star Youcef Belaïli et le sélectionneur des Fennecs Vladimir Petkovic. Le technicien français nous a aussi parlé de sa pépite ivoirienne Mohamed Zougrana ou encore du récent dérapage de Djamel Benlamri.

Entretien réalisé par Yoro Mangara,

Vous avez relancé Belaïli au MC Alger. Cela dit, après une première partie de saison XXL, on a l’impression qu’il est moins décisif depuis son retour de la CAN ?

Non, je ne suis pas d’accord. C’est le meilleur buteur du club cette année (12 buts et 12 passes décisives en 19 matchs de championnat), il sera certainement le meilleur de la saison en Algérie. Il souvent passeur, souvent buteur, il cherche toujours la meilleure solution quand il est sur un terrain de football. C’est quelqu’un qui aime le football, qui vit pour ce sport, c’est un passionné, lui et sa famille.

Je m’entends super bien avec lui sur et en dehors du terrain. C’est un personnage attachant. C’est vrai qu’on aurait dû, après la CAN, laisser le joueur se reposer deux à trois semaines après cette déception. Il a souffert de l’élimination précoce de l’Algérie comme beaucoup d’autres hein. Mais, c’est une saison réussie pour lui.

Belaïli va-t-il rester au MC Alger ?

Je dirai oui, sur le point de vue contrat. Il est sous contrat avec le club, je suis content de son apport au quotidien, nous voulons lui et moi ensemble écrire une nouvelle histoire avec le club. Nous sommes contents de lui au club, donc tous les ingrédients sont réunis pour qu’il reste. Après, posez-lui cette question, demandez-lui s’il veut rester. Moi je crois que oui.

« S’il continue, Zougrana va signer dans un grand club européen »

Vu de France, il est un footballeur ingérable. Est-ce vrai ? 

Pas du tout ! C’est un footballeur qui aime le jeu, qui sent mieux le jeu que personne. On échange beaucoup, et je suis très satisfait de son travail. Après c’est vrai, un champion ne sera pas managé de la même manière que tout le monde. C’est un amoureux du football, attachant, je connaissais le footballeur j’ai découvert au Mouloudia l’homme, sa famille, ses parents. Ils sont tous fans de football, ils viennent au stade. C’est un garçon formidable.

Dans votre effectif, il y a un certain Mohamed Zougrana, l’Ivoirien, pouvez-vous nous parler de lui ?

Je me souviens quand je suis nouvellement nommé sélectionneur des Eléphants de Côte d’Ivoire, je vais voir des matches de championnat, à l’époque il était tout jeune et évoluait à l’Asoa si ma mémoire est bonne, je l’avais mis sur la liste des joueurs pour le CHAN. Il a quitté son club à la fin de la saison pour signer à l’ASEC. La saison dernière, il a été énorme avec l’ASEC avec un nouveau titre de champion et une bonne campagne africaine avec les Mimos. Je l’ai pris ici pour son talent, son abattage et son bagage technique. Il fait une grande saison au point d’avoir sa chanson dans le stade entonné par les supporters à chaque fois que le Mouloudia joue à Alger. S’il continue de travailler aussi dur, il va sans aucun doute signer dans un grand club européen.

« Petkovic est un passionné »

Pour la saison prochaine, on annonce Bounedjah, Boudebouz, le portier Oukidja… Allez-vous recruter tout ce beau monde ?

C’est vraiment très tôt pour en parler. C’est vrai que nous travaillions à améliorer l’effectif pour la saison prochaine, mais il faudra faire très attention. Il ne faudra pas doubler les postes au point de perdre cette cohésion du groupe. Il y a des postes à améliorer tout en gardant cet effectif. Nous allons essayer de protéger ce groupe. Il y aura grand maximum trois arrivées pour renforcer le club. Nous y travaillons avec les dirigeants.

Patrice Beaumelle, MC Alger

En Algérie, tout est lié : équipe nationale, clubs… Comment jugez-vous les premiers mois de Vladimir Petkovic à la tête des Fennecs ?

Je n’ai pas d’avis à donner parce que j’ai beaucoup de respect pour la profession et la personne. Nous sous sommes vus trois fois depuis qu’il est a été nommé sélectionneur. La première fois, il est venu nous voir aux entrainements à Sidi Moussa pour dire bonjour. Il a salué tout le staff et les joueurs, et nous avons échangé un peu. Après, j’ai été voir un match au stade Nelson Mandela lors de la fenêtre internationale du mois de mars. On s’est revu quand il a entamé une tournée au niveau des clubs de l’élite.

Nous avons échangé sur mes joueurs, sur ma philosophie de jeu. Tout ce que je peux dire de lui, c’est que c’est quelqu’un qui aime le football, qui vit en Algérie pour s’imprégner de sa culture. Je lui souhaite de réussir sa mission. Qu’il réussisse les éliminatoires de la Coupe du monde, et qu’il réussisse à la prochaine CAN. C’est un passionné, qui aime ce qu’il fait, mais forcément il sera jugé sur ses résultats.

Avez-vous parlé de Belaïli ?

Bien sûr. De lui et des autres joueurs de l’effectif. C’est un joueur qu’il connait, qu’il suit. Je lui ai dit tout le bien que je pense de Belaïli et de mes joueurs en règle générale. Il le suit, il suit aussi d’autres joueurs du club.

« J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi courtois que Benlamri »

Votre défenseur Djamel Benlamri n’a pas hésité à insulter les supporters de l’USMA après votre victoire dans le derby vendredi dernier ? Quelle sera la suite à donner à cette affaire ?

Pour être honnête avec vous, j’ai raté cet épisode. Je ne suis pas au courant du tout de cet incident. Je ne sais pas s’il l’a fait. Si c’est le cas, il faudra excuser Benlamri. C’est un garçon bien éduqué, professionnel, aimé et adulé par tout le peuple algérien. Il signe des autographes dans toutes villes de l’Algérie. Il est souvent arrêté par des supporters, il prend le temps d’échanger, de discuter par courtoisie. Vous savez, nous vivons un métier de passion. Dans l’euphorie, il peut y arriver qu’un acteur dérape. Mais si c’est lui, il faudra lui pardonner. Je suis dans le milieu depuis des années, je vois rarement quelqu’un d’aussi courtois. Moi j’avais la tête ailleurs, ça fait quand même 14 ans que nos supporters attendaient ce sacre. Nous étions tous, dans un état second. Je respecte tellement le footballeur et l’homme, je vous demande juste de ne pas lui en vouloir s’il a commis de tels actes.

Vous êtes un amoureux du football africain, passé par le Maroc et l'Algérie, comment avez-vous vécu l’épisode RS Berkane-USMA ?

Euh… pfff ! C’est du domaine de la géopolitique, je ne veux pas évoquer ce sujet. Je laisse les responsables de ces deux clubs gérer leurs différends d’autant plus que je ne suis ni l’entraîneur de Berkane encore moins celui de l’USMA. C’est vrai que c’est dommage pour le football, mais le reste ne me regarde pas.

Avatar photo
Yoro Mangara