Incontestable nation phare en Afrique en 2019, l’Algérie a effectué une véritable razzia lors de la cérémonie des CAF Awards mardi soir. Si le titre de Joueur de l’année a échappé à Riyad Mahrez de manière logique tant Sadio Mané a brillé en club avec Liverpool, l’ailier de Manchester City s’est consolé avec le titre de but de l’année, tandis que Djamel Belmadi (entraîneur de l’année) et Youcef Belaïli (joueur interclubs de l’année) ont été plébiscités. Avec également le titre d’équipe nationale de l’année à mettre à son actif, l’Algérie est repartie de la soirée avec pas moins de 4 trophées !

De quoi jubiler ? Oui et non car, outre la défaite de Mahrez pour le titre suprême, le onze africain de l’année a réservé de bien mauvaises surprises aux Fennecs. Les champions d’Afrique doivent en effet se contenter d’un seul représentant (Mahrez) là où le Cameroun et le Maroc en comptent deux et le Sénégal trois ! Étrangement, les 707 joueurs africains qui ont pris part au vote ont préféré Serge Aurier à Youcef Atal dans le couloir droit, tandis que le caractère très offensif de ce onze a conduit à inclure Pierre-Emerick Aubameyang plutôt qu’un milieu de terrain qui aurait pu être Ismaël Bennacer, meilleur joueur de la CAN 2019.

Victime de l’embouteillage dans le secteur offensif, Belaïli aurait aussi pu avoir sa place, tout comme Aïssa Mandi ou Djamel Benlamri en défense centrale, mais les votants ont préféré récompenser la saison en club de Joël Matip, vainqueur de la Ligue des champions avec Liverpool mais en retrait de la sélection camerounaise depuis 2014. Autant de choix qui laisseront un certain goût d’amertume en bouche au pays des champions d’Afrique en titre où le onze de l’année a été vivement critiqué sur les réseaux sociaux…