Cameroun : des “espions” d’Eto’o parmi les joueurs ?

Maintenu à distance du vestiaire pour les deux matches du Cameroun contre le Cap-Vert (4-1) et l’Angola (1-1), dans le cadre des 3e et 4e journées des qualifications à la Coupe du monde 2026, Samuel Eto’o aurait infiltré les Lions Indomptables.

Selon le site Camfoot, le patron de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) avait en effet des taupes dans le groupe, mettant ainsi à mal le système mis en place par le sélectionneur Marc Brys pour empêcher les interférences. La preuve, selon le média, avec le petit nouveau Jules Armand Kooh, ayant terminé meilleur buteur du championnat d'Elite One (première division camerounaise).

Vendredi dernier, veille de match contre le Cap-Vert, l’attaquant aurait été informé au détour d’une causerie avec Brys et quelques membres du staff qu’il figurera sur la feuille de match. Le technicien flamand lui aurait même annoncé qu’il pourra même jouer 10 à 15 minutes en fonction du scénario du match.

Des taupes dans l’équipe

Mais voilà, en début de soirée, la Fécafoot a envoyé une correspondance au sélectionneur, notifiant à ce dernier que ledit Armand Kooh aurait une double identité, au même titre que John Bosco Nchindo, autre pensionnaire d’Elite One convoqué. En dépit de la présentation de justificatifs par Kooh et ses proches pour démontrer le contraire, la Fécafoot n’infléchira pas sa position. Résultat, l’ailier de Les Astres FC ne connaitra pas sa première cape avec les Lions Indompatbles.

D’où la question : comment la Fécafoot a-t-elle pu être tenue au courant de l'utilisation prévue de Kooh, alors qu’aucun membre de son staff n’était présent dans la tanière, ni aux entraînements ? Camfoot a en tout cas sa réponse toute trouvée : les joueurs. La publication estime que certains endossent le rôle d’espions pour Eto’o, qui garde donc toujours un œil sur l’équipe nationale, malgré sa déclaration de mise en retrait en amont de ces deux matches éliminatoires.

Des révélations qui compliquent un peu plus le micmac dans la tanière, sachant que les mêmes joueurs ont dernièrement boycotté le cocktail organisé en leur honneur par Eto’o, après avoir reçu un ultimatum les sommant de se ranger dans son camp face au ministère. D’après Camfoot, Brys a repéré quelques espions et les a depuis placés dans son collimateur.  

Lundi, Kooh et son avocat, qui n’est autre que son frère, se sont rendus à la Fécafoot en vue de présenter les documents démontrés vendredi. In fine, l’instance a reconnu via communiqué ce mercredi la conformité du joueur, et l’a réhabilité dans ses droits. Trop tard malheureusement pour le principal intéressé.

Cameroun : des “espions” d’Eto’o parmi les joueurs ?
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.