Cameroun : Eto’o-Infantino, l’image qui fait le buzz

Après avoir fait les choux gras de la presse camerounaise avec le sélectionneur Marc Brys et son ministre de tutelle, Samuel Eto’o, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), a remis ça. Mais cette fois avec le président de la FIFA, Gianni Infantino.

Samuel Eto’o fait encore parler de lui. Celui que ses détracteurs aiment détester a remis une pièce dans la machine à polémiques avec un geste anodin impliquant Gianni Infantino. En effet, alors que l’ancien buteur est visé par des accusations de trucage de matches, et que le dirigeant suisse est, lui, pointé du doigt pour son indifférence supposée par rapport à ce dossier, les deux hommes ont pris la pose en marge du 74e congrès de Bangkok, en Thaïlande.

Les internautes indignés

Tout sourires, l’Helvète et le Camerounais, tous deux capitaines de leurs équipes respectives en marge d’un match de gala vraisemblablement, se sont vigoureusement salués face caméra.

Suffisant pour mettre de l’huile sur le feu. Sur X (anciennement Twitter), des internautes se sont indignés face à ce qui est perçu comme une proximité malvenue du duo. Certaines réflexions ont fait état du rapport de force qu’ils estiment déloyal entre Eto’o et le ministère camerounais des Sports dans le bras de fer autour du staff des Lions Indomptables, alors que l’ex-numéro 9 serait lié “d’amitié” avec la FIFA.

Pour rappel, la Confédération africaine de football (CAF) a ouvert une enquête pour suspicions de trucages. Malgré les démentis et la contre-attaques du clan Eto’o, le président Patrice Motsepe a laissé implicitement entendre que le quadruple Ballon d’Or africain sera sanctionné si les soupçons sont avérés. “Personne n'est au-dessus de la loi”, avait martelé le milliardaire fin avril.

Cameroun : Eto’o-Infantino, l’image qui fait le buzz
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.