Battu par l’Algérie ce mardi lors de la 3e et dernière journée de la CAN 2015, le Sénégal termine à la 3e place du groupe C et est une nouvelle fois éliminé en phase de poules. Une nouvelle désillusion pour les Lions de la Teranga, sortis au même stade de la compétition lors de leur dernière participation en 2012… déjà en Guinée Equatoriale.


Un petit tour et puis s’en va. Les derniers rendez-vous entre le Sénégal et la Coupe d’Afrique des nations ressemblent à un éternel recommencement. Une histoire qui se répète de façon sempiternelle et dont l’issue semble connue d’avance, quels que soient les acteurs, les ingrédients. Et ce depuis 2006. Depuis le rendez-vous continental sur les terres égyptiennes, les Lions de la Teranga ne sont plus parvenus à passer la phase du premier tour.

Neuf années de déconvenues pour une équipe souvent annoncée parmi les outsiders du tournoi. Et le constat est encore plus frappant avec les deux dernières participations de l’équipe à la CAN, en 2012 et pour cette édition 2015. Les deux fois en Guinée Equatoriale, comme un symbole. Une terre qui ne veut décidément pas sourire à la bande à Moussa Sow.

Manque d’envie ?

Par deux fois des Lions emmenés par Amara Traoré puis Alain Giresse y ont posé leurs valises, arrivant avec « des ambitions« . D’ambition, il n’y avait qu’une en réalité : ce rêve secret de décrocher un titre de champion d’Afrique que l’équipe n’a jamais gagné. Mais le terrain a rendu son verdict et les « ambitions » sénégalaises se sont une fois de plus évaporées au fil des minutes, jusqu’à cette frappe magistrale de Nabil Bentaleb qui a signé leur retour pour Dakar. Un éternel recommencement.

Trop orgueilleux, comme en 2012 ? Trop crispés à l’idée de voir l’histoire se reproduire ? Ou peut-être trop justes pour une compétition qui demande plus de débauche d’énergie qu’il n’y paraît ? La vérité est sans doute au milieu de toutes ces interrogations. Toujours est-il qu’à l’heure où Algériens et Ghanéens fêtent comme il se doit leur qualification, les Lions bouclent leurs valises et vont une nouvelle fois quitter la terre équato-guinéenne la tête basse. Mais cette fois ils pourront se dire qu’ils ont au moins réussi à obtenir une victoire. Maigre lot de consolation pour les fans.