Interviewé ce mercredi lors de l’émission Team Duga sur RMC, le sélectionneur de l’Algérie, Djamel Belmadi, est revenu sur le sacre des Fennecs à la CAN 2019. Le technicien a insisté sur la notion d’unité au sein du groupe qui a été perceptible tout au long de la compétition. Mais cet état d’esprit exemplaire a nécessité au préalable l’éviction de certains joueurs risquant d’aller à l’encontre du collectif.

«Il a fallu constituer un groupe et changer les attitudes, enlever certains éléments qui étaient pour moi des ‘boulets’. Un peu comme la France en 98», a expliqué l’ancien joueur de l’OM. «J’ai dû enlever quelques éléments que j’appelle perturbateurs, hostiles à ce fonctionnement – c’est-à-dire que le meilleur gagne et que le meilleur joue -, ce qui n’était pas le cas chez nous avec certains joueurs qui s’étaient un peu accaparés l’équipe nationale et qui avaient toujours la garantie de jouer.»

Même s’il n’est pas cité, un joueur comme Nabil Bentaleb (Schalke 04) peut se sentir visé… Malgré ces mots forts, Belmadi a assuré que la porte reste ouverte à l’avenir pour ces éléments recalés.