A l’issue de la séance de tirs au buts remportée contre la Côte d’Ivoire ce jeudi en quart de finale de la CAN 2019 (1-1, 4-3 tab), le sélectionneur de l’Algérie, Djamel Belmadi, avait les larmes aux yeux sur son banc, aux côtés du latéral droit, Youcef Atal, en pleurs et submergé par l’émotion. Présent ensuite en conférence de presse, le technicien a expliqué pourquoi il a été autant ému.

«C’est vrai que c’était un match à tension. On arrive sur les penalties, le scénario des penalties aussi est rempli de suspense. Le joueur qui est à côté de moi, Youcef Atal, c’est un gamin que tout le monde adore, qui est tellement généreux, tellement le football que l’on aime, tellement magnifique humainement. (…) Le voir assis avec moi, ne pas pouvoir tirer, le voir souffrir et pleurer parce qu’il voit que ça devient difficile alors qu’il a l’épaule en vrac (il est sorti sur blessure et devrait être forfait jusqu’à la fin de la CAN, ndlr). Si là on ne réagit pas, c’est qu’on est pas humain. J’ai peut être versé une larme», a glissé l’ancien joueur de l’OM. Après ce moment riche en émotions, les Fennecs vont rapidement se remettre au travail pour préparer leur demi-finale de dimanche contre le Nigeria.

Les larmes de Belmadi

Sur le même sujet :  la séance de tirs au but à revivre en vidéo