Alors que l’Algérie et le Maroc ont mis la pression en se disant prêts à suppléer le Cameroun s’il n’est pas en état d’accueillir la CAN 2019, le gouvernement camerounais a réagi mardi en affirmant que le retard dans les travaux n’a rien de préoccupant et que les délais seront respectés.


Pays-hôte de la CAN 2019, le Cameroun a pris du retard dans la construction des infrastructures. Alors que l’Algérie et le Maroc ont déjà placé leurs pions au cas où la CAF venait à réattribuer cette édition, le ministre des Sports et de l’éducation physique, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, a tenu une conférence de presse mardi visant à mettre un terme aux spéculations et à rassurer le peuple camerounais.

« Je voudrais rassurer l’opinion nationale et internationale que le gouvernement est totalement engagé à remplir le cahier des charges de la CAF. A ce jour, aucune mission de la CAF faisant état d’un quelconque retard dans les préparatifs de la CAN 2019 n’a été réalisée. La première mission est prévue au Cameroun dans quelques semaines« , a lancé l’homme politique.

« Après l’édition de 2017 remportée au Gabon, nous devons ensemble gagner la CAN 2019 au Cameroun sur le plan de l’organisation, avant la victoire finale au plan sportif. Nous devons ensemble, relever le défi d’honneur d’assurer l’organisation de la CAN 2019 pour réaffirmer le leadership et le génie de notre pays en matière d’organisation des événements importants nationaux et internationaux. » Méfiance tout de même car la CAF tient actuellement son symposium. Et en cas de changement du format de la CAN (plus de qualifiés par exemple), le cahier des charges du pays-organisateur pourrait s’en trouver modifié, avec plus de stades à prévoir. Le Cameroun n’est donc pas totalement maître de son destin dans ce dossier…