Un air de déjà-vu au Cameroun… En décembre dernier, le pays de Samuel Eto’o s’était vu retirer l’organisation de la CAN 2019 en raison de retards dans les travaux. La Confédération africaine de football (CAF) avait alors décidé d’opérer un «glissement» des prochaines CAN en réattribuant l’édition 2021 au Cameroun. Pourtant, malgré ce délai supplémentaire, l’état d’avancée des travaux est loin d’offrir toutes les garanties.

A l’occasion d’une visite d’inspection débutée cette semaine dans le cadre du CHAN 2020, que le Cameroun va également organiser, la CAF a ainsi mis un nouveau coup de pression au Cameroun en lui adressant un ultimatum de neuf mois pour achever les travaux. C’est du moins ce qu’a révélé le coordonnateur du projet de construction du stade d’Olembe, Benoît Fabre.

«La CAF a bien insisté sur le fait que le délai restait très court puisqu’elle veut que les terrains soient prêts un an avant l’événement. C’est-à-dire en juin 2020. Cela fait neuf mois. Ça reste un délai court mais ils ont beaucoup insisté là-dessus disant qu’il n’y avait plus de temps à perdre», a affirmé le responsable au micro de la CRTV. «On a prévu six-sept mois de travaux. Il faut savoir qu’après les travaux il y a de toute façon un petit temps de réception qui peut durer un à deux mois. Il y a donc zéro marge aujourd’hui». Voilà à nouveau le Cameroun sous pression…