Aliou Cissé, Sénégal

C’est décidément une bien triste image du football africain que donne cette CAN 2021. Dernier épisode en date : les conférences de presse d’avant-match des quarts de finale.

Vendredi, celle de Burkina Faso-Tunisie s’est déroulée dans des conditions très particulières. En effet, dénonçant des impayés, un technicien qui louait ses micros aux organisateurs depuis le début de la compétition s’est emparé de son dispositif et a pris la fuite en pleine conférence… Celle-ci s'est donc poursuivie «à l’ancienne», avec un micro portatif circulant de main en main.

«La CAF va se rapprocher des parties pour comprendre la situation et qu’il n’y ait plus de problème», a assuré un porte-parole de la Confédération africaine de football (CAF) à l’AFP. L’instance panafricaine pourra aussi investiguer sur la conférence de presse de Sénégal-Guinée Equatoriale. Samedi, celle-ci a en effet été retardée en raison d’une panne de courant survenue dans la salle de presse du stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

Pour clore ce show, le sélectionneur de l'Egypte, Carlos Queiroz, a tout simplement posé un lapin aux médias, et le technicien portugais n'a pas honoré sa conférence de presse ce samedi à la veille du match face au Maroc. Les Pharaons, qui ont mis en avant des problèmes d'embouteillage, s'exposent à des sanctions de la part de la CAF.