CAN U17 : ce Camerounais qui veut détrôner Osimhen

La quatorzième édition de la CAN U17 en Algérie pourrait voir tomber le record de Victor Osimhen.

Le record de buts de l’attaquant nigérian dans le tournoi des moins des 17 ans se retrouve menacé par Dorinel Yondjo. Marchant sur l’eau depuis la victoire du Cameroun dans le tournoi de l’UNIFFAC – qualificative pour la CAN de la catégorie dans la Zone Centrale –, le jeune buteur de l’École de football brasseries du Cameroun (EFBC) espère franchir le cap des quatre buts inscrits par son aîné lors de l’édition 2015.

Dorinel Yondjo sur les traces d'Osimhen ?

« En venant à cette compétition, pour vous dire vrai, j’ai fait des recherches sur le net pour connaitre les tout récents meilleurs buteurs de ce tournoi. Je me suis rendu compte que le meilleur (Victor Osimhen, ndlr) n’avait jamais dépassé quatre buts et j’essaie de travailler pour dépasser ce record de quatre buts », a confié le protégé du sélectionneur Serge Mimpo à cafonline.com. Un objectif certes ambitieux, mais qui est dans les cordes du jeune Lionceau Indomptable. Car sur ses cinq derniers matches toutes compétitions confondues avec les U17 du Cameroun, l’avant-centre a inscrit plus d’un but par match. Son doublé le 12 janvier en République Centrafricaine (0-4) est encore frais dans les mémoires des supporters.

Le prodige entend surfer sur ses bonnes performances en équipe nationale afin d’emprunter le sillage de son idole Super Eagle. « J’ai suivi l’histoire de Victor Osimhen. Après avoir brillé avec le Nigeria lors de la CAN U17 et la Coupe du monde 2015, il a signé à Wolfsburg en Allemagne et mon rêve, c’est aussi de pouvoir signer dans un grand club après cette compétition », a avoué l’intéressé.

Dorinel Yondjo aura l’occasion de faire parler sa gâchette jeudi 4 mai, à l’occasion de l’entrée en lice du Cameroun face au Mali, vainqueur di Burkina Faso (1-0) mardi.

CAN U17 : ce Camerounais qui veut détrôner Osimhen
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.