Pour son barrage aller à la Coupe du monde 2014, l’Egypte sera mardi à Kumasi pour y défier le Ghana. Un adversaire que le sélectionneur des Pharaons, Bob Bradley, a déjà croisé alors qu’il entraînait les Etats-Unis, et dont il connaît la force collective.


Entretien réalisé par Cafonline.com

Comment appréciez-vous votre parcours dans les éliminatoires de la Coupe du monde au regard du fait qu’il n’y a pas de championnat en Egypte depuis plus d’un an ?

Nous devions nous ajuster puisqu’il n’y a pas de championnat. Les joueurs méritent respect et admiration pour leurs performances.

L’Egypte est la seule sélection nationale à avoir effectué un sans-faute lors du 2e tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Brésil 2014, dans la zone Afrique. Cela engendre-t-il un surcroît de pression au moment d’entamer les play-offs ?

La pression vient du fait que l’Egypte n’a plus disputé de Coupe du monde depuis 1990et c’est le rêve de tout le monde.

Vous dirigiez les Etats-Unis quand le Ghana s’est impose face à vous lors des 8es de finale de la Coupe du monde 2010. Comment entendez-vous mettre à profit cette expérience pour la confrontation à venir ?

L’entraîneur du Ghana est maintenant James Kwesi Appiah mais l’équipe reste très talentueuse. Nous savons que le Ghana est une équipe très forte et nous nous concentrons sur le match aller à Kumasi. Le staff a travaillé d’arrache-pied pour préparer le match contre le Ghana et nous connaissons très bien leur équipe.

Depuis quelques temps le football est en veilleuse en Egypte au niveau national. Quel peut être la conséquence de cette situation à ce stade de la compétition ?

Nous venons d’achever un stage qui a été sanctionné par deux matchs amicaux contre l’Ouganda. Ce regroupement était important pour travailler avec les joueurs dont les équipes ne jouent pas sur une base régulière.

Mohamed Salah a été décisif pendant les éliminatoires, comment entrevoyez-vous sa performance pour les play-offs ?

C’est un excellent joueur qui joue un rôle très important au sein de l’attaque de notre équipe.

L’Egypte n’a pu se qualifier pour les deux dernières éditions de la Can, pensez-vous que votre équipe a la capacité de se qualifier à nouveau ?

Nous étions déçus de ne pas pouvoir nous qualifier pour la CAN. Mais l’objectif depuis que je suis arrivé en Egypte a toujours été la Coupe du Monde. Les joueurs ont répondu présents jusqu’ici et ils pensent que nous pouvons aller en Coupe du Monde.