Côte d’Ivoire : Faé s’explique pour les locaux

Le sélectionneur de l’équipe de Côte d’Ivoire, Emerse Faé, a justifié l’absence de joueurs locaux dans sa liste pour affronter le Gabon et le Kenya les 7 et 11 juin respectivement, dans le cadre des troisième et quatrième journées qualificatives à la Coupe du monde 2026.

Pour garder la tête du groupe F et se détacher des Panthères du Gabon, auteurs d’un sans-faute eux aussi lors des deux précédentes journées (6 points), Emerse Faé a fait confiance à 25 joueurs, dont cinq nouveaux. Les trois de Ligue 1 Evann Guessand (Nice), Christopher Opéri (Le Havre) et Mohamed Bamba (Lorient), plus Mohammed Diomandé des Glasgow Rangers en Ecosse, et Emmanuel Latte Lath de Middlesbrough en Championship (D2 anglaise).

“On ne prendra pas juste pour faire le nombre”

“J’ai pris ses cinq néophytes pour montrer à tous que la sélection est ouverte à tous. Ces nouveaux joueurs sont récompensés après la belle saison qu’ils ont réalisée”, a justifié le technicien en conférence de presse. Une explication qui tombe sous le sens, alors que Mohamed Bamba par exemple a scoré à 17 reprises cette saison : neuf fois avec Wolfsberger durant la première partie d’exercice et huit avec les Merlus depuis son transfert fin janvier.

Pour une première fois (il en est à sa deuxième liste après celle de mars), Faé n’a fait appel à aucun pensionnaire du championnat domestique. Là aussi, l’ex-Niçois explique que son choix répond essentiellement au critère de méritocratie et non de complaisance. “Je n’ai pas pris de locaux cette fois car j’estime qu’aucun n’est meilleur à ceux présents sur cette liste. Je tiens à préciser que je suis pour la promotion des locaux mais on ne prendra pas juste pour faire le nombre”, a-t-il affirmé sans langue de bois.

Côte d’Ivoire : Faé s’explique pour les locaux
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.