Les jumeaux Hossam et Ibrahim Hassan, stars de l’équipe égyptienne du Zamalek, ont décidé de laisser tomber les Pharaons. Ils ont très mal pris les critiques qui ont suivi le match Egypte-Namibie le week-end dernier.


Hossam et Ibrahim Hassan, les stars du Zamalek, ont annoncé de concert leur retrait du football international. Ils ont dénoncé les violentes critiques à leur égard des supporters et de la presse égyptienne, suite au match de l’Egypte contre la Namibie le week-end dernier. Comptant pour les qualifications de la Coupe du monde, celui-ci s’est soldé par un décevant match nul 1 à 1. C’est le but de dernière minute d’Ibrahim Saïd qui a permis aux champions d’Afrique 1998 de sauver la face à Windhoeck.

De retour en Egypte, la presse n’a pas été tendre avec le chouchou de l’équipe, Hossam. A 34 ans, la mascotte du Zamalek avait effectivement habitué à mieux. Meilleur buteur avec une centaine de buts à son actif et recordman mondial de sélections en équipe nationale, ils collectionne les titres footbalistiques.

Quant à son défenseur de frère, il a lui aussi intégré le club très fermé des joueurs ayant engrangé plus de 100 sélections. Les jumeaux ont fait leurs classes dans l’équipe cairote Al-Ahly avant de rejoindre l’équipe concurrente de Zamalek en août dernier. Leur transfert, estimé à 450 000 dollars, reste le plus cher de l’histoire du football égyptien.

Le malheur des uns…

La décision des frères Hassan a de quoi désespérer l’Egypte qui rencontre prochainement l’Algérie dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde. Du côté algérien en revanche, l’humeur est bonne. Sans Hossam et Ibrahim, l’Egypte part très affaiblie et voit ses chances de se qualifier s’éloigner.

Mais le 11 mars au Caire, les Pharaons seront peut-être au complet. En effet, la presse nationale ne semble pas croire au départ des jumeaux. Selon elle, ce n’est pas la première fois qu’ils annoncent leur démission. Ibrahim avait déjà abandonné la compétition il y a quelques années, avant de réintégrer rapidement les rangs de l’équipe nationale. Hossam devra tenir tête aux pressions de l’entraîneur et des supporters. Pressions qui pourraient bien le faire changer d’avis. Ce ne serait alors qu’une fausse sortie…