FIFA : vers une suspension du Cameroun ?

Après l’annulation des élections tenues le 19 juin dernier par la commission des recours de la Fédération camerounaise, John Begheni Ndeh, 1er vice-président sortant de l'instance est passé en force et a décidé de prendre les commandes de la Fédération afin d’organiser de nouvelles élections. Ce désordre qui intervient après des félicitations de la FIFA adressées à Iya Mohammed pourrait entraîner une suspension du Cameroun.


De notre correspondant à Yaoundé

La Fédération camerounaise va mal. Après l’annulation des élections pour la présidence de l'instance, tenues le 19 juin dernier et qui avaient vu Iya Mohammed réélu, le bureau sortant est revenu en force aux affaires.

En effet, entouré des forces de maintien de l’ordre et des huissiers, Begheni Ndeh, le 1er vice-président du bureau sortant a décidé de prendre les commandes de la Fécafoot afin d’organiser de nouvelles élections d'ici 60 jours. Ce retournement de situation intervient quelques jours après la lettre de félicitation de Sepp Blatter, président de la FIFA, adressée à Iya Mohammed le congratulant pour sa réélection.

Votre réélection est clairement un vote de confiance en vos capacités de la part de la communauté footballistique camerounaise et j’espère m’appuyer sur notre amitié et notre excellente collaboration pour améliorer notre bonne gouvernance. Je suis convaincu que votre riche expérience, vos connaissances et vos qualités personnelles auront un impact significatif sur le développement stable de notre sport au Cameroun“, faisait savoir Blatter dans son courrier.

Une suspension qui plane

Avec ce nouveau coup de force à la tête de la Fécafoot, une suspension de la FIFA pourrait intervenir le temps d'y voir plus clair. Cet acte pourrait avoir des conséquences désastreuses dans le processus de qualification au Mondial 2014 dans lequel sont engagés les Lions Indomptables, en passe de se qualifier pour les barrages.

Les équipes jeunes, absentes dans les compétitions continentales cette année pourraient s’enfoncer davantage. Sur le plan juridique, le clan Iya attend sagement le verdict du Tribunal arbitral de sport (TAS) après l’annulation du résultat des dernières élections. L’intérêt du premier du football reste visiblement de loin la raison du combat au sein des instances dirigeantes du football camerounais…

Avatar photo
Christophe Lele