Joseph Mintah, le psychologue spécifique du Ghana, n’est pas contre la présence des femmes des joueurs au Brésil durant la Coupe du monde. Souvent sujet à débats, la question de savoir si une présence féminine peut perturber la concentration des joueurs durant la compétition n’a pas lieu d’être selon Mintah : « La recherche a montré que, lorsque les gens sont loin de leurs familles pendant 21 jours, il en résulte toutes sortes d’agitations. Il est donc nécessaire que des mesures soient prises pour lutter contre ces possibles agitations ». Et d’ajouter : « Si nous permettons aux joueurs d’envoyer leurs épouses et fiancées à la Coupe du monde, cela accordera concentration adéquate pour se concentrer sur leur sujet. Ils ne penseront plus à ce qu’il se passe à la maison, mais cela doit être fait avec beaucoup de prudence, surtout lorsqu’il s’agit de ceux non mariés ». Petite amie ou femme de joueur, un statut pas si simple à gérer.