Le jour où les Eléphants ont pacifié Bouaké

Le 4 juin 2016, la Côte d'Ivoire reçevra le Gabon à Bouaké pour le compte des éliminatoires de la CAN 2017. La dernière fois que les Eléphants se sont rendus dans la Nord du pays, la guerre civile s'était arrêtée.


28 mars 2007, pendant qu'une guerre civile met la Côte d'Ivoire à feu et à sang, Didier Drogba, fraîchement sacré meilleur joueur africain de l'année n'a qu'une idée en tête, jouer à Bouaké. En visite au palais présidentiel, le joueur fait une demande à Laurent Gbagbo. Il souhaite aller dans le Nord, à Bouaké, pour présenter à la foule son Ballon d'Or africain. Sans grande motivation, le président de l'époque lui accorde cette faveur.

S'il doutait de sa popularité dans le Nord du pays, l'attaquant de Chelsea est vite rassuré. A peine descendu de l'avion, Didier Drogba est reçu dans la liesse, ce qui le pousse sûrement à faire une annonce choc. Devant des milliers d'Ivoiriens acquis à sa cause, le joueur de Chelsea déclare que les Eléphants viendront jouer à Bouaké. Une demande qui aboutira à une rencontre face à Madagascar, prévue fin juillet 2007.

5-0, la guerre est finie

A partir de ce moment, les 90 minutes à venir seront au centre des discussions jusqu'au jour J. De nombreux Sudistes font tout pour prévoir ce “voyage” vers le Nord. La future rencontre va permettre à de nombreux Ivoiriens de se revoir depuis bien des mois. Jusqu'ici les routes étaient bien trop dangereuses et la situation bien trop compliquée.

Cette fois, la sécurité est mise en oeuvre pour qu'aucun incident n'ait lieu. La région rebelle va respecter un jour de trêve. Peu importe leurs origines, tous les Ivoiriens feront la fête avant, pendant et après le match. La rencontre justement ne réservera aucune surprise, les Éléphants l'emportant 5-0 face à un adversaire d'un faible calibre.

Le point culminant de la journée restera le but en fin de match de Didier Drogba. Jusqu'ici muet, l'attaquant de Chelsea devait marquer. Lui qui a tout fait pour que ce match ait lieu devait faire trembler les filets. Sa réalisation tant attendue a rendu le stade incandescent, la fête fut totale.

Un vrai moment de l'histoire

S'il est souvent discuté de l'impact que peut avoir le football dans la vie des amateurs de ballon rond, ce match peut donner beaucoup d'éléments de réponse. A la suite de cette rencontre, la situation a été meilleure, les Ivoiriens ont vu qu'ils pouvaient s'unir comme par le passé. Une équipe faite de Nordistes et de Sudistes, faite de chrétiens et de musulmans a donné du bonheur à tout un peuple.

Le match de Bouaké n'est évidement pas la seule et unique raison de l'apaisement des tensions en Côte d'Ivoire mais il est clair qu'il en est un déclencheur. Grâce au football, une ville symbole de sang s'est transformée en terre de paix.

Avatar photo
Thomas Bartoli