L’international camerounais Marc-Vivien Foé n’est plus. Le joueur s’est éteint brusquement jeudi soir au stade Gerland à Lyon (France). Littéralement foudroyé,  » Marco  » n’a pas pu se relever. Le monde du football et les admirateurs que nous sommes sont en deuil après cette mort tragique qui s’est invitée à la fête par mégarde.


Notre frère Marc-Vivien Foé a rejoint la constellation du Lion. Un voile noir a couvert nos visages et nos yeux hier soir se sont embrumés à l’annonce de son décès. Grand, calme, doux, aimable, respectueux envers toutes les personnes qui l’ont connu de près ou de loin, le  » sage  » de l’équipe du Cameroun était respecté et admiré de tous. Footballeur de renom, Marc-Vivien pratiquait son art avec noblesse. Les Africains, mais aussi les admirateurs du football à travers le monde, pleurent ce joueur talentueux et chaleureux qui faisait l’unanimité.

Frappé par la foudre

Le milieu de terrain camerounais Marc-Vivien Foé nous a quitté jeudi soir lors de la demi-finale Cameroun-Colombie. A la 72ème minute, le footballeur s’effondre dans le rond central sans prévenir. C’est le Colombien Jairo Patino qui donne l’alerte en se précipitant vers l’international camerounais qui vient de perdre connaissance. Les secours arrivent quelques temps après pour l’aider dans un premier temps à respirer.

Le joueur est emmené au centre médical du stade pour subir un massage cardiaque. Mais en vain. Vers 20h30 le médecin de la Fédération internationale de football (Fifa), Alfred Müller, annonce son décès. « Son cœur s’est arrêté dès son arrivée au bloc médical. La cause du décès n’est pas clairement établie. Il faut faire une autopsie et porter le corps à l’hôpital. » Mais déjà, plusieurs questions se posent quant aux conditions physiques de Marc-Vivien Foé et aux premiers soins qui lui ont été prodigués.

Depuis quelques jours, le footballeur souffrait de plusieurs problèmes de santé. Il aurait passé des examens de sang et d’urine. Une source proche du joueur évoque  » un problème de dysenterie, la veille du match « . Le défenseur camerounais aurait d’ailleurs émis le souhait de ne pas jouer la rencontre. L’heure est pour l’instant au recueillement mais il est certain que des comptes devront être rendus pour que l’on sache pourquoi Marc-Vivien est décédé.

« Avant d’être grand… »

Repéré très jeune dans son collège de Sacré Cœur à Makak (Cameroun), Marc-Vivien Foé évolue d’abord au Canon de Yaoundé où il est repéré par deux clubs français, Lens et Auxerre. Il choisit finalement les Sang et Or en rejoignant le club lensois de 1994 à 1998. Puis il traverse la Manche pour évoluer au club anglais de West Ham pendant un an. En 2000, il revient en France et intègre l’Olympique lyonnais avec qui il gagnera la Coupe de la Ligue française en 2001. Prêté à Manchester City depuis 2002, l’international devait probablement revenir à Lyon.

On retiendra de  » Marco « , comme l’appelaient ses coéquipiers, l’image d’un homme calme qui privilégiait le langage des yeux à celui de la parole. Peu prolixe, cet athlète de 1,90 m détonnait par sa quiétude et sa démarche posée. Modeste, ce grand joueur avait pour habitude de dire  » qu’avant d’être grand, il faut savoir être petit « . Tu nous manqueras  » Marco « .

Une cérémonie de recueillement est prévue en son honneur le dimanche 29 juin à 19h30 sur le parvis du Stade de France à Saint-Denis.