fousseni diawara

Battu 1-0 à domicile par la Tunisie à l’aller, le Mali a eu l’occasion de remettre les compteurs à zéro après seulement 4 minutes à l’occasion des barrages retour de la Coupe du monde 2022 (0-0), sauf que le but de Diadie Samassekou a été refusé pour un hors-jeu difficilement compréhensible. De son côté, la VAR n’a visiblement pas bronché, mais était-elle en mesure de remplir son rôle ? Sélectionneur adjoint des Aigles avant d’être récemment limogé, Fousseni Diawara se trouvait aux premières loges et assure qu’il y a eu un dysfonctionnement.

«Je peux vous l’affirmer : la VAR ne fonctionnait pas. J’ai suivi comment ça s’est passé, j’ai regardé l’attitude de l’arbitre, j’étais à côté de l’écran : le but qu’on a inscrit était tout à fait valable et n’a pas été checké par la VAR parce que la VAR ne fonctionnait pas», a dénoncé l’ex-défenseur de Saint-Etienne sur les ondes de RFI. «Vous avez vu, la réalisation est très vite passée, l’arbitre n’a même pas pris le temps. Il a mis la main dans son oreille mais je peux affirmer à 100% que la VAR ne fonctionnait pas. Donc, ça aussi, ce n’est pas normal pour un match avec un enjeu aussi important.»

Entre cette polémique et les décisions litigieuses de Bakary Gassama lors d’Algérie-Cameroun (1-2, a.p.), l’arbitrage africain n’aura pas brillé à l’occasion de ces matchs déterminants…

Le but refusé au Mali