Encore un rebondissement dans l’affaire du match éliminatoire au Mondial 2018 qui a opposé l’Afrique du Sud au Sénégal (2-1) en novembre 2016. Alors que les Bafana Bafana se sont pliés à la décision de la FIFA, qui a ordonné de faire rejouer la rencontre en novembre prochain en raison des forts soupçons de manipulation qui pèsent sur l’arbitre de la partie, Joseph Lamptey, suspendu à vie, le Burkina Faso, qui fait partie du même groupe de qualification, refuse de rendre les armes. Les Etalons viennent au contraire de saisir officiellement le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), comme l’indique la Fédération burkinabè (FBF) dans un communiqué publié ce lundi.

« La Fe?de?ration Burkinabe? de Football a adressé? ce jour 18 septembre 2017, une déclaration d’appel contre la de?cision du Bureau des qualifications de la Coupe du monde de la FIFA Russie 2018, ordonnant la reprise du match Afrique du Sud – Se?ne?gal en date du 6 septembre 2017 et confirme?e le 14 septembre 2017 a? Zurich. Dans sa de?claration d’appel adresse?e au Tribunal Arbitral du Sport, (TAS) la FBF continue de marquer son opposition a? une de?cision entache?e d’abus de pouvoir et sans aucun rapport avec les textes de l’instance internationale du football« , dénonce la FBF.

« Malgre? la vague d’indignations et les nombreuses interpellations enregistre?es a? travers le monde contre une de?cision juge?e ille?gale et sans pre?ce?dent dans toute l’histoire du football, la FIFA a pre?fe?re? fouler au pied, ses propres principes en cautionnant la reprise du match Afrique du Sud – Se?ne?gal au mois de novembre 2017, a? la faveur de la fene?tre FIFA : Ce qui n’est pas sans conse?quence pour la suite de la compe?tition« . Co-leaders du groupe éliminatoire avec le Cap Vert, les hommes de Paulo Duarte ne possèdent qu’un point d’avance sur le Sénégal qui peut les doubler en cas de succès contre l’Afrique du Sud.