Meilleur buteur du Mondial U20 qui s’est achevé samedi dernier avec une troisième place pour le Ghana, Ebenezer Assifuah, six buts, a fait forte impression lors du tournoi. Portrait d’un jeune attaquant obnubilé par le but.


« Je suis très heureux d’avoir inscrit mon sixième but contre l’Irak, dans le match pour la troisième place. J’ai eu bien du mal à marquer tous ces buts mais, au final, je suis fier de ce que j’ai accompli. C’est tout simplement fabuleux ». A l’heure de tirer le bilan d’une Coupe du monde des moins de 20 ans disputée en Turquie, qui a vu sa sélection, le Ghana, terminer sur la troisième marche du podium, et qui l’a vu finir, à titre personnel, meilleur buteur, avec six réalisations au compteur, le bilan est forcément positif pour Ebenezer Assifuah.

Après avoir inscrit un doublé salvateur face aux Etats-Unis (4-1) lors du dernier match de poules, permettant au Ghana d’accrocher les huitièmes de finale in extremis, l’artificier a connu son heure de gloire lors du quart de finale. Face au Chili (4-3), il a ramené les Black Satellites à deux partout (72e) avant de leur offrir la qualification au bout du temps additionnel de la prolongation. Habitué à briller lors des grands rendez-vous, le puissant attaquant, qui a fêté ses vingt ans le 3 juillet dernier, a marqué quatre de ses six réalisations lors des matches à élimination directe.

Le but, une obsession

Doté de deux pieds très précis, Assifuah a notamment inscrit deux très beaux buts face à la France (1-2) en demi-finale et contre l’Irak (3-0) lors du match pour la troisième place. Logique pour un attaquant véritablement obsédé par le but. « C’est le type de joueurs qui veut toujours marquer, même quand il joue avec ses amis. Il a toujours cette faim de buts et c’est pour cela que je l’ai recruté« , explique Jojo Duncan, le président du Kasoa Proud United, club de deuxième division ghanéenne où a évolué Assifuah.

Même s’il est, comme tout buteur qui se respecte, obnubilé par le but adverse, le Black Satellite sait garder son sang-froid et temporiser lorsque la situation l’exige. Suite à ses bonnes performances avec le Sekondi Eleven Wise (24 buts en deux saisons de deuxième division), l’attaquant a rapidement été courtisé par les plus grandes écuries du pays, dont l’Asante Kotoko.

Mais il a pris son temps pour se décider, avant d’opter pour les Liberty Professionals l’été dernier (8 buts en 2012/13). Certainement pas le club au nom le plus ronflant, mais une véritable pépinière à talent qui a notamment lancé  Michael Essien, Sulley Muntari, Asamoah Gyan et Kwadwo Asamoah dans le grand bain.

L’Europe en ligne de mire

Un grand bain dans lequel Assifuah est visiblement impatient de se jeter. « Aujourd’hui en Turquie, j’ai une occasion incroyable. J’espère que des clubs européens regardent nos matches et que beaucoup de joueurs de notre équipe rejoindront le Vieux Continent« , déclarait-il avant la compétition.

Avant le match face à l’Irak, le Ghanéen se disait fier de marcher sur les traces de son compatriote Dominic Adiyiah, Soulier d’Or de l’édition 2009. Mais le jeune attaquant va maintenant devoir suivre son propre chemin et éviter de s’embourber dans les méandres empruntés par son prédécesseur. A 23 ans, Adiyiah, passé par le case AC Milan, évolue désormais au modeste Arsenal Kiev en Ukraine.

Le virage européen va sans doute se présenter à Assifuah très prochainement. A lui de bien le négocier. S’il montre autant de sang froid que face au but, il ne devrait pas y avoir de soucis !

Retrouvez les buts d’Assifuah face à la France et à l’Irak en vidéo :

Egalisation contre la France.

But du 2-0 contre l’Irak