Nigeria-Côte d’Ivoire : 18 ans, 100%, 8e… Les 3 stats à savoir sur la finale de la CAN

Ce dimanche 11 février à 20 heures GMT, le stade Ebimpé sera le théâtre de l'affiche tant attendue de la finale de la CAN 2023 entre le Nigéria et la Côte d'Ivoire. Avant le coup d'envoi, découvrez trois statistiques incontournables sur ce match.

18 ans d'attente pour un hôte en finale

La Côte d'Ivoire a décroché sa place en finale de la CAN 2023 après une victoire mercredi contre la RD Congo (1-0). Cette qualification marque un moment historique, car c'est la première fois en 18 ans qu'un pays hôte atteint la finale de la compétition. La dernière équipe à réaliser cet “exploit” était l'Égypte en 2006, qui a d'ailleurs remporté la CAN. Juste avant elle, la Tunisie en 2004 avait également été couronnée chez elle. Cette statistique suscite l'espoir chez des Éléphants, qui n'avaient pas atteint la finale depuis neuf ans, et 2015 lorsqu'ils avaient remporté leur duel contre le Ghana aux tirs au but (0-0, 9-8 tab).

100% de 0-0 et de tirs au but pour la Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire a participé à quatre finales de la CAN dans son histoire, en remportant deux et en perdant deux. Chacune de ces finales s'est conclue par un 0-0 et une séance de tirs au but. En 1992, les Éléphants ont remporté la CAN face au Ghana après une séance historique de tirs au but (0-0, 11-10 tab). En 2015, l'histoire s'est répétée face au même adversaire, les Black Stars (0-0, 9-8 tab). Les deux défaites ont également eu lieu aux tirs au but, en 2006 contre l'Égypte et en 2012 face à la Zambie.

Le Nigeria pour sa 8e finale

Le Nigeria, triple champion d'Afrique, dispute sa huitième finale de la Coupe d'Afrique des Nations. Seuls l'Égypte et le Ghana, avec neuf finales chacun (hors groupes finaux), en ont disputé plus. Les Super Eagles ont remporté deux de leurs trois dernières finales (1994 et 2013, avec une défaite aux tirs au but en 2000) après avoir perdu leurs trois précédentes (1984, 1988 et 1990) après un premier titre en 1980.

Avatar photo
Nathacio De Souza

Passionné de football, je jongle entre les touches du clavier aussi habilement que Vinicius avec un ballon. Je transforme chaque match, chaque action, chaque but en une symphonie de mots.