Depuis mardi et les propos à connotation raciste dont il a été l’objet de la part du 4e arbitre, Sebastian Coltescu, à l’occasion du match face au Paris Saint-Germain en Ligue des champions, Pierre Achille Webo se trouve bien malgré lui sous le feu des projecteurs. L’entraîneur adjoint de l’Istanbul Basaksehir a pris la parole pour la première fois depuis cet incident.

«Quand je vois mon visage en regardant la vidéo et que je vois ce que j’ai fait… Woah ! Qu’est-ce que j’étais agressif. Même-moi, je ne voudrais pas avoir à m’affronter. C’est la première fois que je me voyais dans un tel état. Je ne me souviens pas que la situation était comme ça», a confié le Camerounais dans les colonnes du Daily Mail.

Touché par les Parisiens

Réduit à sa couleur de peau par l’officiel, l’ancien attaquant s’est senti profondément blessé. «C’était très difficile pour moi d’entendre ça de la part d’un arbitre. Un choc et de la part de quelqu’un qui est censé être capable de contrôler ce genre de situations. Un quatrième arbitre en Ligue de champions, c’est du haut-niveau et on a besoin de personnes de haut-niveau», a regretté le technicien, en revanche touché par le soutien des joueurs du PSG, qui ont refusé de reprendre le match en signe de protestation.

«Je ne m’en suis rendu compte qu’en sortant du vestiaire, mais le couloir était incroyable. Neymar, Kylian Mbappé, Abdou Diallo, tous les joueurs étaient là. (…) Je tiens à remercier tous les joueurs du Paris Saint-Germain, le club, tous les gens qui étaient là, pour leur solidarité avec nous. Je suis très fier d’eux et je tiens à les remercier pour tout ce qu’ils ont fait à ce moment-là parce que j’ai perdu le contrôle pendant ces cinq ou dix secondes», a conclu Webo qui attend avec impatience le résultat de «l’enquête approfondie» promise par l’UEFA.