Ce mercredi, Riyad Mahrez est attendu comme titulaire à l’occasion du choc qui opposera son équipe de Manchester City au Paris Saint-Germain en demi-finale aller de la Ligue des champions au Parc des Princes. Trois raisons rendent ce match très particulier pour l’international algérien.

Parce qu’il a grandi à Paris

Né à Sarcelles, en banlieue parisienne, l’ailier de 31 ans va affronter pour la première fois le club de sa «ville», un moment forcément émouvant. «Jamais je n’aurais imaginé, quand j’étais gamin, pouvoir vivre ce genre de choses. Revenir jouer une demi-finale de Ligue des champions à Paris contre le club de ma ville, de ma région, là où j’ai grandi, c’est forcément un moment particulier pour moi», a expliqué l’ancien Havrais en conférence de presse.

Parce que c’est sa première demie

Le vainqueur de la CAN 2019 compte 31 matchs de LdC au compteur (dont 9 avec Leicester et 22 avec les Skyblues), mais il n’avait encore jamais eu la chance d’accéder aux demi-finales. «Depuis tout gosse c’est le genre de match que je rêve de jouer. Jouer des quarts, des demi-finales de Ligue des champions, c’est le rêve de tous les joueurs. (…) 0n joue pour ces matchs-là, ces grands rendez-vous. Je savais, quand j’ai signé à Manchester, qu’on était capable de participer à ces matchs-là. Mais, je le répète, on ne se contente pas de ça. On doit mériter la finale. Mais pour ça, il va falloir jouer avec du caractère», a prévenu l’Algérien.

Parce que c’est un supporter de l’OM

Il a beau avoir grandi en région parisienne, le cœur de Mahrez penche pour le grand rival, l’Olympique de Marseille. «C’est vrai que j’étais un supporter de Marseille quand j’étais petit», a glissé le Fennec pour Canal+ en octobre dernier. Dans la même interview, Mahrez ouvrait toutefois la porte au… PSG ! «Paris c’est ma ville, j’ai grandi à Paris, je suis né à Paris, donc on ne sait jamais. J’aurais pu aller jouer à Marseille et je peux encore aller jouer à Marseille. On ne sait jamais dans la vie. Il ne faut fermer aucune porte.» Pour l’instant, c’est en tant qu’adversaire que le Citizen retrouve la France !