Racisme : Pour Sacchi, il y a “trop de noirs et d’étrangers” en Italie

Entraîneur mythique de l’AC Milan de la fin des années 1980, Arrigo Sacchi refait parler de lui. Et pas de la meilleure des façons. Loin s’en faut. Le technicien déplore qu’il y ait “trop de noirs et d’étrangers” dans les équipes de jeunes en Italie.


L’Italie n’en a décidément pas fini d’éradiquer le fléau que constitue le racisme. Après les déclarations polémiques de Carlo Tavecchio, le président de la Fédération, avant son élection, voilà qu’une légende du football italien tient des propos accablants, qui rappellent l’affaire des quotas en France.

Lundi soir, lors d’une cérémonie de remise des prix aux thermes de Montecatini, Arrigo Sacchi a fait part du fond de sa pensée. “Chez nos jeunes, il y a beaucoup trop de noirs“, assène l’ancien sélectionneur de la Squadra Azzurra. “L'Italie n'a plus aucune dignité ou fierté parce que nous avons de trop nombreux étrangers jouant dans les championnats des moins de 20 ans“, argue-t-il.

Trop de noirs” ou “trop de racistes” ?

Refusant d’être taxé de raciste, il s’enfonce un peu plus : “Je ne suis certainement pas raciste comme l'a montré mon passé d'entraîneur avec Frank Rijkaard (un Néerlandais originaire du Surinam) “. Célèbre pour avoir révolutionné le jeu de l’AC Milan à la fin des années 1980 (deux victoires en Ligue des champions), le tacticien en remet une couche. “Regardez le tournoi de Viareggio (qui réunit des équipes de jeunes issus des centres de formation, ndlr), je dirais qu'il y a beaucoup trop de joueurs de couleurs, tout comme dans les équipes des moins de 20 ans en Italie“, déplore-t-il.

Ancien international anglais et très actif sur les réseaux sociaux, Gary Lineker a préféré en rire. “Il y a trop de racistes dans le football italien“, ironise-t-il. Une belle façon de renverser les choses.

Racisme : Pour Sacchi, il y a “trop de noirs et d’étrangers” en Italie
Romain Lantheaume

Je suis tombé amoureux du foot africain avec Didier Drogba, puis j’ai découvert Afrik-Foot en 2013. Depuis, nous ne nous sommes plus lâchés !